Etats-Unis: Des élèves punis pour avoir vu des photos de leur enseignante seins nus

INSOLITE Il s'agirait d'une fausse manipulation de l'enseignante, qui a pourtant menacé d'exclure les étudiants...

M.Gr.
— 
Près de trois foyers français sur quatre sont équipés d'au moins un ordinateur et lorgnent de plus en plus sur les tablettes multimédia, illustrant une tendance au "multi-équipement" qui se développe au sein des familles, selon une étude Médiamétrie et GfK publiée jeudi.
Près de trois foyers français sur quatre sont équipés d'au moins un ordinateur et lorgnent de plus en plus sur les tablettes multimédia, illustrant une tendance au "multi-équipement" qui se développe au sein des familles, selon une étude Médiamétrie et GfK publiée jeudi. — Emmanuel Dunand afp.com

Du fantasme à la réalité, il n'y parfois qu'un pas. Voire un iPad, pour certains élèves de l'école Highland à Anderson dans l'Indiana, aux États-Unis. Ceux-ci ont en effet eu la (désagréable?) surprise de tomber sur des photos de la poitrine dénudée de leur professeure, rapporte la presse locale.

Lors d'un cours consacré à l'utilisation de la célèbre tablette numérique, la professeure aurait accidentellement synchronisé son iPhone avec les iPad de ses élèves.

Mal à l’aise, elle s’énerve

Ces derniers, voyant apparaître un nouveau dossier sur leurs écrans, ont alors tout naturellement cliqué. Et là, le contenu affiché s'est révélé plutôt explicite. «La photo montrait l'enseignante seins nus», a en effet déclaré Joshua Troutt, 13 ans.

Mal à l'aise, la professeur se serait alors énervée, allant jusqu'à menacer les quatre élèves qui se trouvaient devant l'écran tactile au moment où les clichés sont apparus.

Pas de caractère pornographique

Les quatre jeunes ont ainsi été suspendus et menacés d'être exclus de l'établissement scolaire. Une décision choquante, selon la mère de Joshua Troutt, qui estime que c'est l'enseignante qui aurait dû être sanctionnée.

Sauf que la direction de l’école a confirmé que les sanctions envers les élèves ne seraient pas changées, même si d’éventuelles mesures visant l’enseignante maladroite seraient à l’étude au sein de l’établissement.

Quant aux photos, elles n’ont pas été jugées pornographiques par la police, qui n’a donc pas engagé de poursuites contre la professeur.