L'Ile-de-France, de nouveau attractive pour les grandes entreprises

— 

Selon les ministères de l’Intérieur et des Transports, l’Ile-de-France serait une région économique de moins en moins attractive pour les implantations de grandes entreprises. Surtout depuis 2001. C’est-à-dire depuis que Bertrand Delanoë (PS) a pris les rênes de la Ville de Paris, alors que Jean-Paul Huchon (PS) venait tout juste de prendre celles de l’Ile-de-France.

Pourtant, selon le classement annuel du cabinet de conseils Ernst and Young, l’Ile-de-France, en 2005, a attiré 194 grandes entreprises internationales sur son territoire, contre 177 pour le Grand Londres, 64 pour Barcelone et sa région et 57 pour Moscou. Distancée en 2000 par Londres, l’Ile-de-France serait donc repassée devant cinq ans après. Elle serait même le deuxième pôle d’implantation des sièges sociaux des cinq cents plus grandes entreprises dans le monde, juste après Tokyo.

Les atouts de l’Ile-de-France ? Un prix au mètre carré de bureau compétitif par rapport à ses concurrents (de l’ordre de 500 à 600 €, alors qu’il faut compter le double à Londres). La Défense est même légèrement en dessous, avec 400 € le mètre carré.

Avec 3 millions de mètres carrés de bureaux, La Défense est le deuxième pôle économique de l’Ile-de-France, derrière le quartier central des affaires (1er, 2e, 8e, 9e, 16e et 17e arrondissements) et ses 8,5 millions de mètres carrés. Les dernières tendances du marché de bureaux laissent à penser que 2006 devrait être une excellente année : La Défense, avec 6 % de bureaux vides, retrouve son seuil d’équilibre qu’elle n’avait pas atteint depuis quatre ans. Surtout, près d’1,5 million d’euros y ont été investis, soit déjà plus que sur l’année 2005. Ce qui laisse penser que le marché est dynamique. Et que la demande devrait continuer à être forte ces prochaines années.

M.B.