Xavier Bertrand fait état de neuf décès liés à la canicule

— 

Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, a indiqué mercredi à l'AFP que "neuf décès avaient été enregistrés qui pourraient être dus à la canicule".
"Neuf décès ont été enregistrés à l'heure actuelle qui pourraient être dus à la canicule", a déclaré le ministre.
Selon le ministre de la Santé, "neuf décès sont peut-être à relier à la vague de chaleur": deux décès de personnes âgées mardi à Bordeaux, et mercredi, un ouvrier à Macon (Saône-et-Loire), deux personnes à Angers, une à Cholet (Maine-et-Loire), un chauffeur routier à Dax (Landes), un sans-domicile fixe à Bordeaux et une personne âgée dans les Pyrénées-Orientales.
"La mobilisation doit être renforcée, car les prévisions météo nous indiquent que la vague de chaleur va durer", a souligné le ministre, en faisant état d'une alerte orange dans 45 départements. Vingt de ces départements sont placés en état de vigilance orange pour des risques d'orage et les vingt-cinq autres pour un risque de canicule (17 placés en état 2 d'alerte par Météo France et 8 en état de vigilance orange par les préfets).
"Les prévisions météorologiques nous indiquent que la vague de chaleur va durer, au moins encore pendant plusieurs jours", a précisé M. Bertrand.
M. Bertrand a également annoncé qu'il participerait au point de la situation prévu jeudi à Matignon à partir de 17H30, en présence du Premier ministre.
Il prévoit en outre une rencontre avec le ministre des Sports, Jean-François Lamour, pour encadrer les "manifestations sportives".
Le ministre de la Santé a par ailleurs réitéré ses conseils de vigilance, en direction en particulier "des personnes âgées, des personnes consommant des médicaments, des enfants, des SDF, des personnes travaillant à l'extérieur et celles s'adonnant à des activités sportives".
Il a annoncé qu'il participerait mercredi soir, avec la ministre déléguée à la Cohésion sociale, Catherine Vautrin, aux "maraudes" du Samu social à Paris, ainsi qu'à une visite des urgences du Centre hospitalier de Créteil.
Le ministère de la Santé a également indiqué que les chaînes de radio et de télévision locales allaient diffuser des "messages simples de prévention".