Liban : plus de 50 victimes civiles

— 

 
  — no credit

Au moins 54 civils ont été tués mercredi matin dans une vague de raids israéliens particulièrement violents au Liban, où l'offensive de l'Etat juif est entrée dans sa deuxième semaine, selon des sources policières.L'événement

Dans le village de Srifa, au nord-est de Tyr (Liban sud), 21 civils ont été tués et 30 blessés dans le pilonnage aérien et naval israélien qui a détruit dix maisons avant l'aube, a indiqué la police.

"Des chasseurs-bombardiers et deoffensive s hélicoptères ont entre 01h00 et 03h00 (22H00 mardi et 00H00 GMT), bombardé le même quartier dans le centre du village", a indiqué un habitant, joint au téléphone par l'AFP. Selon lui, la marine a participé au pilonnage.

Les bombardements ont creusé de profonds cratères, éparpillé des parpaings à plus de 500 m de distance, soufflé les vitres et les portes de dizaines d'habitations et provoqué des incendies un peu partout, a-t-il ajouté. Les corps de cinq personnes, un couple, leur enfant et deux proches parents, ont été dégagés des décombres de leur maison détruite dans un raid aérien sur Salaa, un autre village près de Tyr. Deux civils ont été tués et deux blessés dans le bombardement du village frontalier de Rmeich, plus à l'est.

Six civils --une Libanaise, ses trois enfants, ainsi qu'une Sri-Lankaise et un Soudanais-- ont été tués et quatre blessés dans un bombardement aérien qui a partiellement détruit un immeuble résidentiel de quatre étages et une petite maison attenant à la Place du marché dans le centre-ville de Nabatiyé. La police a fait état de "dégâts considérables". Cinq civils blessés, dont trois ouvriers égyptiens, ont été dégagés d'un centre commercial de quatre étages partiellement détruit par un raid sur Ghaziyé, une bourgade du littoral au sud de Saïda.

Toujours au Liban sud, deux civils ont été tués et deux blessés par des raids menés par des hélicoptères ou des chasseurs-bombardiers qui prenaient pour cible des voitures sur les routes de Kfarchouba, Bazouriyé et l'entrée sud-est de Tyr, selon les premières informations de la police.

Dans l'est du Liban, onze civils ont été tués dans un raid aérien qui a visé un immeuble de quatre étages à Nabi Chit, près de Baalbeck, selon un nouveau bilan de la police. Cinq civils, qui s'apprêtaient à se rendre dans leurs champs, ont été tués dans le bombardement de leurs trois camionnettes dans le village voisin de Maaraboun. Quatre civils ont également été blessés dans ce raid.

Un civil a été tué et deux blessés à Loussi, au sud de Baalbeck, dans des raids qui ont visé une scierie et une ferme d'élevage de bovins. Un autre raid a partiellement détruit une ferme d'élevage de poulets à Ksara. Les appareils israéliens ont également bombardé une coopérative appartenant au Hezbollah à Baalbeck. Dans la banlieue la banlieue de Chiyah, à l'entrée sud de Beyrouth jusque-là épargnée par les bombardements, un civil a été tué et deux blessés, selon la police.

L'aviation israélienne a intensifié ses raids aux premières heures de mercredi sur le bastion du Hezbollah dans la banlieue sud, en élargissant toutefois le périmètre de ses bombardements, visant les banlieues chrétiennes de Kfarchima et Hadath, où un photographe de l'AFP a pu voir onze camions détruits dans une aire de stationnement de poids-lourds.

Le Hezbollah a annoncé la mort d'un septième combattant mercredi.

Au total, 309 personnes, dont 279 civils et 23 soldats libanais, ont péri depuis le déclenchement le 12 juillet de l'offensive israélienne contre le Liban. Durant cette période, 538 civils et 64 soldats libanais ont été blessés, selon un bilan partiel établi par l'AFP. Aucun bilan des victimes civiles de la banlieue sud de Beyrouth, pilonnée depuis samedi et où les dégâts sont considérables, n'était disponible.