Un an ferme requis contre 5 des Français de Guantanamo

— 

"Je savais par les médias que ces camps existaient", a admis Khaled Ben Mustapha, 34 ans, "mais je ne savais pas que des Français y allaient (...) Moi, je n'ai jamais mis les pieds dans un camp militaire, j'ai seulement manipulé une kalachnikov..."
"Je savais par les médias que ces camps existaient", a admis Khaled Ben Mustapha, 34 ans, "mais je ne savais pas que des Français y allaient (...) Moi, je n'ai jamais mis les pieds dans un camp militaire, j'ai seulement manipulé une kalachnikov..." — Jack Guez AFP

Le Ministère public a requis mardi à Paris devant le tribunal correctionnel de Paris un an de prison ferme contre cinq des six ex-détenus français de Guantanamo.
Cinq ans de détention, dont quatre avec sursis ont été requis à l'encontre de Brahim Yadel, le seul à être encore en détention provisoire, à cause de ses "antécédents terroristes".
A l'encontre de quatre autres prévenus - Mourad Benchellali, Nizar Sassi, Khaled Ben Mustapha, Redouane Khalid - la procureure Sonya Djemni-Wagner a réclamé 4 ans de détention, dont trois assortis du sursis, afin qu'ils ne "retournent pas en détention".
Au cours d'un réquisitoire de plus de deux heures, elle a indiqué "ne pas pouvoir ne pas prendre en compte la détention anormale de Guantanamo" tout en demandant aux juges de "dire qu'ils sont coupables".
En revanche, pour Imad Achhab Kanouni, contre lequel pesaient les présomptions les plus légères, elle a estimé "ne pas pouvoir requérir de peine".