Portugal-France: déclarations

— 

Raymond Domenech (sélectionneur de la France, au micro d'Eurosport): "J'ai toujours parlé du 9 juillet mais je n'ai pas dit quelle heure. Au moins jusqu'à 23h30, il faudra y être. Ca ne suffit pas le 9 juillet. Ce qui compte maintenant, c'est le bout. On ne peut pas se contenter de +c'est merveilleux, c'est super+. C'est 23h30 le 9 juillet! (concernant les recettes d'ici dimanche:) C'est récupération, concentration, repréparation, c'est garder tout ce qu'ils ont fait depuis plus d'un mois pour faire un match de haute intensité, un match solide et être présent complètement pour cette finale. Et la jouer à fond sans regret. Une finale, c'est un truc particulier. il faudra la jouer".

Luiz Felipe Scolari (sélectionneur brésilien du Portugal): "Nous avons tout donné et tout essayé, mais cela ne nous a pas réussi. La France a mérité sa victoire: nous ne sommes pas sortis en perdant contre n'importe qui. Ce qui fait la différence, c'est le but qu'on n'a pas réussi à marquer. Je ne peux que féliciter les Français pour leur victoire".

Luis Figo (capitaine du Portugal, au micro de Canal+): "Je crois qu'il y a eu deux mi-temps différentes, un moment où la France contrôlait bien le ballon sans avoir beaucoup d'occasions, puis la seconde période que nous avons complètement dominée. Nous nous sommes créé beaucoup d'occasions sans pouvoir les concrétiser. C'était une partie équilibrée et la différence s'est faite sur un but qu'ils ont marqué et pas nous.
A propos du penalty : De là où j'étais, je ne peux pas dire s'il y avait penalty ou non.
Dernier match avec le Portugal? Je crois qu'à 33 ans il est temps pour moi de quitter la sélection.
A propos de Zidane : Nous avons passé quelques années fantastiques ensemble à Madrid. Nous avons une bonne relation, Zidane peut terminer sa carrière sur une finale du Mondial, c'est bien.
A propos de la finale Italie-France : C'est la répétition de la finale de l'Euro il y a six ans, l'Italie est une sélection qui pour moi est tactiquement la meilleure, la culture tactique de ses joueurs est parfaite, c'est la culture des clubs du pays. (...) Ce sera un match très tactique entre ces deux équipes".

Eric Abidal (défenseur de l'équipe de France): "C'est un moment très fort. C'était vraiment l'objectif, le 9 juillet. Tout le monde l'avait dit, le coach en premier. Mais l'aventure n'est pas finie. Il faut continuer à travailler. Il faut vivre à fond cette finale. Ma première mi-temps a été moyenne. Ma seconde a été meilleure. Je suis content d'avoir à côté de moi des joueurs qui peuvent me suppléer. La finale, c'est quelque chose de grand. La joie est la même que contre l'Espagne (en huitième, ndlr), même si cela se voit un peu moins extérieurement".

Frank Ribéry (milieu de terrain de l'équipe de France): "On a fait ce qu'il fallait. C'était difficile. On est venu là pour ça. Je suis très content pour moi et ma famille. C'est énorme!"

Thierry Henry (attaquant de la France): "On a défendu comme des lions. Après le penalty, nous avons défendu de façon géniale. C'est vrai que nous jouons très bien. Les gens disaient que nous étions trop vieux. Ca a été difficile, mais nous jouons comme une équipe. Une finale c'est toujours difficile, ce sera un match très dur".

Pauleta (attaquant de l'équipe du Portugal au micro de RMC): "Je pense qu'on a fait une bonne Coupe du monde... jusqu'à maintenant. C'est encore une fois un penalty... Maintenant bonne chance pour la France. Bien sûr, je suis très déçu pour nous, le groupe, tous les Portugais. Je vais prendre trois semaines de vacances".

William Gallas (Défenseur de l'équipe de France, au micro de Canal+): "On n'arrive pas à y croire. C'est vrai que cela n'a pas été évident ce soir mais le plus important c'était d'aller en finale. Depuis le début on avait dit que l'on voulait jouer cette finale. Ca y est on y est! On va pas s'arrêter là, ce serait dommage. On sait qu'on va jouer face aux Italiens, ça ne va pas être évident mais on va tout faire pour la remporter, cette coupe".

Patrick Vieira (milieu de terrain de l'équipe de France, au micro de RMC): "Sur le deuxième tacle j'ai eu peur que l'arbitre me mette un carton. Dans l'ensemble, on s'est battu. On n'a rien lâché. C'est une bonne équipe, c'est fantastique. C'est extraordinaire. J'espère bien qu'on va en ramener une deuxième".

Florent Malouda (milieu de terrain de l'équipe de France, au mirco de RMC): "Pour moi, c'est une première. On essaie de pas trop calculer. Et cette finale, on veut la gagner. On s'attendait à ce que ce soit difficile et ça l'a été".

Lilian Thuram (défenseur de la France, au mirco de RMC): "Quand on joue une Coupe du monde on a l'impression que c'est un rêve de gosse. C'est la définition du bonheur. On n'a pas très bien commencé ce match. A la mi-temps, on s'est parlé. Il y a la fatigue. On s'est reposé sur notre solidarité. Contre le Portugal, c'était encore un match de très haut niveau, contre les Italiens ce sera encore pire".
Puis au micro de Eurosport): "Des moments comme ça c'est extraordinaire. De vivre ces moments, de donner des moments de bonheur aux gens. Je pense que quand on a la chance de faire ce métier il faut prendre du plaisir. Aujourd'hui, j'ai 34 ans et j'ai l'impression d'être un gosse de 10 ans qui regardait la Coupe du monde et trouvait ça magnifique. Là, je me dis que j'ai vraiment trop de chance. Aujourd'hui, on est en finale et j'espère que la fête va continuer car c'est trop beau. Dès le départ de la compétition on s'était fixé cet objectif. Nous y sommes. Je dirai que comme tout rêve il faut que cela se termine bien."

Dominique de Villepin: "C'est une équipe qui continue de nous faire rêver, a dit le Premier ministre au micro de TF1. Alors bien sûr on a tremblé, mais c'est une équipe qui a la grâce, c'est une équipe qui va aller jusqu'au bout parce qu'elle est soutenue par tout un peuple, par tout un pays".

Jacques Chirac: "J'adresse mes félicitations les plus chaleureuses et les plus admiratives à l'équipe de France pour cette accession en finale du Mondial-2006", a dit le chef de l'Etat dans un communiqué après la victoire 1 à 0 contre le Portugal.
"Bravo à tous", a-t-il lancé. Il a souligné que "face au Portugal, la France a démontré avec brio la force d'une équipe soudée dont la détermination sans faille a permis cette superbe victoire". "Tous les Français sont particulièrement fiers ce soir et partagent avec les Bleus le bonheur de ce magnifique succès", a dit Jacques Chirac. "Les portes de la finale sont devant nous!", a-t-il souligné en ajoutant qu'il sera "naturellement à Berlin dimanche pour apporter à l'équipe de France le soutien fidèle et enthousiaste de tous les Français" contre l'Italie.

Emmanuel Petit (ancien international français, champion du monde en 1998, au micro de RTL): "Pour la finale, il va falloir faire un gros match, parce que l'Italie a marqué dans tous ses matches de cette Coupe du monde. Elle a fini en trombe contre l'Allemagne. Mais elle doit faire une performance exceptionnelle si elle veut battre les Bleus".

Jean-Pierre Papin (ancien international français, au micro de RTL): "Etre meilleur que les Italiens, sur ce qu'on a vu, ce sera difficile. Ils ont un gardien en pleine bourre en ce moment. Mais les Bleus ont une organisation on ne peut plus parfaite. Les muscles vont vite récuperer en trois jours et le mental doit faire le reste".