Le jeu et les joueurs du Portugal

— 

Le jeu et les joueurs du Portugal contre la France mercredi à Munich en demi-finale du Mondial-2006 de football:

Ricardo: du grand art, mais ne peut rien sur le penalty de Zidane, même s'il plonge du bon côté (33). Impeccable face à Henry (48) puis Ribéry (49).

Miguel: un des détonateurs des contre-attaques de la Selecçao. Il s'en est bien sorti face à Malouda. Sort à la 62e minute, blessé, remplacé par Paulo Ferreira.

Fernando Meira: il est apparu fébrile, dégageant souvent en corner sans jugement.

Ricardo Carvalho: ses nerfs rapidement à vifs ont coûté cher à son équipe. Il s'est rapidement énervé, avant de commettre la faute sur Henry qui obtient le penalty réussi par "ZZ" (33). Averti (83) et suspendu pour le prochain match.

Nuno Valente: peu à l'aise dans les airs. Il s'est cependant joué des démarrages de Ribéry, il est vrai méconnaissable. Manque une belle occasion (90+3).

Costinha: un vrai poison, bondissant sans relâche sur le porteur du ballon. Face à Abidal, Malouda, ou Henry il a multiplié les fautes "intelligentes", qui ralentissent le jeu, sans valoir de carton. Remplacé par Helder Postiga (75e).

Maniche: il a souvent tenté sa chance de loin, sans réussite. Il a été un relais primordial des rares contre-attaques.

Figo (cap.): il a donné du grain à moudre à ses détracteurs. Lourd dans le jeu, il a usé de ses ficelles habituelles, jusqu'à la caricature, comme quand il est sorti une civière avant de revenir, évidemment, sur le terrain. Comme d'habitude, il a souvent "oublié" de donner la balle à Pauleta, jouant sa carte personnelle. Il a l'occasion portugaise, mais sa tête passe au dessus (78). Et Barthez sort bien sur sa balle (90+4).

Deco: il a encore abattu un boulot monstre, décrochant très bas pour récupérer des ballons. Mais son travail de l'ombre n'a pas été récompensé.

Cristiano Ronaldo: pris en grippe dès le départ par le public, qui lui reproche sans doute son étrange sourire capté par les caméras après l'exclusion de son partenaire en club (Manchester United), l'Anglais Wayne Rooney, en quart de finale. Il est resté insensible aux sifflets, dans ses accélérations de génie, comme dans ses mauvais penchants et ses "sauts de l'ange" dans la surface (36) qui n'ont pas trompé l'arbitre.

Pauleta: comme d'habitude, il a été peu aidé par Figo et Cristiano Ronaldo, qui ont "mangé" les ballons qu'il réclamait à grand renfort d'appels. Il a souvent pris le meilleur sur Makelele au milieu de terrain. Remplacé par Simao Sabrosa à la 69e.