EADS: Forgeard et Humbert démissionnent, Gallois et Streiff les remplacent

— 

La SNCF a dégagé un bénéfice net record en 2005 de près de 1,3 milliard d'euros, gonflé par la vente de participations, et a conforté son redressement avec des réductions d'effectifs et de bons résultats commerciaux, ce qui pousse les syndicats à réclamer des contreparties.
La SNCF a dégagé un bénéfice net record en 2005 de près de 1,3 milliard d'euros, gonflé par la vente de participations, et a conforté son redressement avec des réductions d'effectifs et de bons résultats commerciaux, ce qui pousse les syndicats à réclamer des contreparties. — Thomas Coex AFP

 Le coprésident français d'EADS, Noël Forgeard, et le président de sa filiale Airbus, Gustav Humbert, ont démissionné de leurs fonctions et ont été remplacés respectivement par le président de la SNCF Louis Gallois et un ancien de Saint-Gobain Christian Streiff, a annoncé dimanche le groupe européen.
M. Forgeard, 59 ans, ex-patron d'Airbus, et son successeur à la tête de l'avionneur, Gustav Humbert, paient ainsi les nouveaux retards du programme d'avion géant A380. L'annonce de ces retards a fait chuter le titre EADS de plus de 26% en Bourse le 14 juin et provoqué une grave crise industrielle et de management depuis.
Louis Gallois, 62 ans, ancien président d'Aérospatiale, l'une des sociétés à l'origine de la création d'EADS en 2000, prendra la tête du groupe d'aéronautique et de défense aux côtés de l'actuel coprésident allemand Tom Enders, a indiqué la maison mère d'Airbus, dans un communiqué distinct.
L'ingénieur des Mines français Christian Streiff, 51 ans, nommé à la tête d'Airbus, est l'ancien dauphin du patron de Saint-Gobain Jean-Louis Beffa. Il avait un temps été pressenti pour lui succéder.
M. Streiff dépendra hiérarchiquement de l'Allemand Tom Enders, qui a été nommé président du comité des actionnaires d'Airbus, est-il précisé.
Par ailleurs, le conseil d'administration d'EADS "a décidé d'intégrer étroitement la Division Airbus à la structure organisationnelle du groupe, après finalisation du rachat des 20% que détient BAE Systems dans le capital d'Airbus", souligne EADS, qui détient les 80% restants de l'avionneur.
"La récente annonce de délais de production de l'A380 et de retards du calendrier de livraisons a été une déception majeure pour nos clients, nos actionnaires et nos employés. En tant que président d'Airbus, je dois prendre la responsabilité de ce revers", a expliqué M. Humbert via un communiqué d'Airbus.
M. Forgeard, fragilisé par les ratés du programme A380, mais aussi par la vente controversée d'actions quelques semaines avant l'annonce des retards, a décidé de démissionner "pour mettre un terme à une situation qui pouvait compromettre le règlement des difficultés actuelles d'Airbus et le développement d'EADS", souligne-t-il dans un communiqué distinct.
"Je réaffirme solennellement que cette décision n'a rien à voir ni avec les difficultés opérationnelles d'Airbus dont je n'avais plus la responsabilité depuis un an, ni avec la polémique sur l'exercice de mes stocks options dont je rappelle qu'elles ont été exercées dans le strict respect des règles de déontologie et de droit", assure-t-il.