Lettre adressée par Chirac à Ehoud Olmert le 3 mai

— 

Lettre de M. Jacques CHIRAC, Président de la République, adressée à M. Ehoud OLMERT, Premier ministre d'Israël, à propos de la situation dans les Territoires palestiniens.


Paris, le 3 mai 2006



Monsieur le Premier ministre,


J'ai reçu le 28 avril M. Mahmoud Abbas, Président de l'Autorité palestinienne. Il a souligné auprès de moi l'imminence d'une crise humanitaire, économique et sociale sans précédent dans les Territoires palestiniens, en grande partie du fait de l'incapacité dans laquelle se trouve l'Autorité palestinienne, depuis deux mois, de procéder au versement des salaires des fonctionnaires.

Face au risque et aux conséquences qui peuvent découler d'une telle situation, une action est nécessaire et urgente vis-à-vis de la population palestinienne.

J'ai donc donné mon accord de principe au Président Abbas pour soutenir la création d'un fonds fiduciaire géré par la Banque mondiale, qui possède les ressources, le savoir-faire et la logistique nécessaires. La Banque prendrait en charge, dans le respect du droit international et des principes du Quartet, la mise en place d'un mécanisme permettant le versement sans délai du salaire des fonctionnaires de l'Autorité palestinienne.

Monsieur le Premier ministre, le soutien d'Israël est nécessaire pour la réalisation d'un tel projet.

Avec la mise en place du Gouvernement issu des élections du 28 mars, Israël se trouve aujourd'hui au début d'une étape nouvelle. J'ai noté avec satisfaction, lors de vos déclarations au soir du scrutin, que votre première option restait la négociation. Le versement des traitements des fonctionnaires me paraît la première mesure à prendre pour éviter une grave déstabilisation des Territoires, qui compromettrait toute solution politique mutuellement agréée.

Je sais qu'en homme de paix et de vision, vous souhaitez mettre en place un environnement favorable au règlement définitif du conflit israélo-palestinien. Certains rendez-vous avec l'Histoire ne doivent pas être manqués. C'est pourquoi j'ai l'espoir que le gouvernement israélien aura une approche pragmatique et constructive sur la création de ce fonds, qui permettra d'empêcher la rapide détérioration des conditions de vie de l'ensemble du peuple palestinien, tout en maintenant une position politique unie et ferme quant au respect des principes du Quartet par son gouvernement. Ces deux objectifs doivent pouvoir être combinés. Il me semble que les conditions du maintien d'un espoir de paix se trouvent très précisément dans cet équilibre que nous devons préserver.

Monsieur le Premier ministre, je connais votre projet de visite en Europe au mois de juin et je m'en réjouis. Je suis persuadé que cette visite sera l'occasion, pour nous, de consolider encore l'amélioration de nos relations bilatérales à laquelle je suis personnellement très attaché, et qui a franchi une étape majeure grâce à votre prédécesseur vers lequel vont aujourd'hui mes pensées.

Je vous prie de croire, Monsieur le Premier ministre, à l'assurance de ma haute considération.


Bien cordialement votre,


Jacques CHIRAC