Clearstream: le juge dément avoir négocié les lettres

— 

Le juge Renaud van Ruymbeke a estimé mercredi sur France Inter qu'il avait été "piégé" et "instrumentalisé" dans l'affaire Clearstream, exprimant sa "colère" face à l'"étendue de la manipulation".
Le juge Renaud van Ruymbeke a estimé mercredi sur France Inter qu'il avait été "piégé" et "instrumentalisé" dans l'affaire Clearstream, exprimant sa "colère" face à l'"étendue de la manipulation". — Joël Saget AFP/Archives

Selon LCI, les lettres de dénonciation reçues par le juge auraient été directement négociées entre le juge Renaud van Ruymbeke et Jean-Louis Gergorin. Le juge a apporté un démenti aujourd'hui à l'AFP.

Corbeau ou pas corbeau? Après les informations données par la chaîne d'informations LCI, selon lesquelles les lettres de dénonciation auraient été directement négociées entre le juge Renaud van Ruymbeke, chargé de l'enquête sur l'affaire des frégates de Taïwan, et Jean-Louis Gergorin, vice-président d'EADS, le juge dément formellement.

Les déclarations du juge Van Ruymbeke, consignées dans un PV de constatation daté du 9 mai, auraient été faites le 1er mai, toujours selon LCI.
Le 1er mai, Renaud van Ruymbeke aurait expliqué à son confrère qu'il avait des révélations à faire. Il aurait relaté les réunions secrètes avec Jean-Louis Gergorin, qui lui aurait confié posséder des listings de comptes chez Clearstream dans lequel des noms de politiques apparaissent.
Le juge van Ruymbeke aurait alors convenu avec Gergorin que toutes les informations seront remises ultérieurement.

Plusieurs jours après, l'avocat de Jean-Louis Gergorin se serait rendu au pôle financier où se trouve le bureau de van Ruymbeke et lui aurait remis la première lettre anonyme. Les autres courriers suivront. Un mois après, selon le même procédé, une deuxième lettre parvient à van Ruymbeke. Particularité : elle contient les noms de politiques présumés impliqués dans l'affaire. Le juge d'Huy a consigné les révélations de Renaud van Ruymbeke dans un procès-verbal le 9 mai, aujourd'hui démenti par ce dernier. Affaire à suivre...