Sarkozy fait le discours de sa méthode

— 

 
« En politique, il faut du flair et aussi de la chance»,
ironisait hier soir à Douai, Yves Jégo (député UMP),
juste avant le premier meeting d’« homme libre »
(comprendre de présidentiable) de Nicolas Sarkozy.
Il est vrai que ce discours de politique générale est survenu à la veille de la grande journée de mobilisation interprofessionnelle contre le
contrat première embauche de Dominique de Villepin.
Un CPE qui était évidemment dans tous les esprits.
Car celui qui ne parlait pas en tant que président de
l’UMP en a profité pour marquer sa différence avec
son possible rival à la présidentielle 2007 en lui rappelant que sa rupture à lui est largement différente de la politique actuelle du gouvernement. Ce que Sarkozy propose « n’a rien à voir avec le rafistolage
d’un système qui n’est plus financé, ni garanti
et entretient plus les injustices qu’il ne les combat ».
Lemessage le plus frappant concernait la méthode employée par le Premier ministre. «Il faut retrouver l’esprit de compromis où chacun accepte de faire un pas vers l’autre», a expliqué Nicolas Sarkozy. Et de rappeler le b.a.-ba du dialogue social : « Il me semble utile qu’avant toute initiative d’application, on prenne le temps que la négociation aboutisse. Si ces règles
étaient mises enoeuvre nous ferions l’économie des oppositions stériles sur le CPE. »Et celui qui ne pense à la présidentielle plus seulement en se rasant lematin est persuadé que « l’on peut être ferme sans être rigide, et être à l’écoute sans abdiquer ses convictions ». L’intéressé appréciera.

Envoyé spécial à Douai (Nord), David Carzon