Le vin inspire la télévision

TELE Et si une chaîne ne parlait que de vin et s'asseyait sur Evin? Le CSA étudie la question…

Avec agence

— 

Les fondateurs d'Edonys, le projet de chaîne télévisée spécialisée dans le vin, dans la cave du célèbre bar à vin Juvéniles à Paris le 4 mars 2010.
Les fondateurs d'Edonys, le projet de chaîne télévisée spécialisée dans le vin, dans la cave du célèbre bar à vin Juvéniles à Paris le 4 mars 2010. — J. MARS / JDD / SIPA

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) est en train d’étudier deux projets de chaînes de télévision entièrement consacrées au vin: Dovino et Edonys. Pour l'heure, une telle offre n’existe évidemment pas en France, pays du vin et de la loi Evin. Wine TV, une chaîne californienne, a diffusé un moment sur ce créneau en France, mais elle a arrêté, faute d'abonnés. Les deux projets présentés au CSA souhaitent notamment diffuser des documentaires, des magazines d'actualité, des débats mais aussi des fictions autour du vin.

«Il ne faut pas se faire d'illusion, il y aura d'autres projets, entièrement dédiés aux alcools forts, aux spiritueux, aux bières», estime Alain Rigaud, président de l'association nationale de prévention en alcoologie et addictologie. Cependant, «tant que la loi Evin n'est pas abrogée, toute télévision qui va parler du vin va devoir le faire sans faire de publicité illicite et sans incitation à en consommer», prévient-il. «Grand amateur de vin», ce psychiatre se dit toutefois favorable à une chaîne d'information sur le vin, comme l'est le mensuel La Revue du vin de France.

Les producteurs de vins se montrent très enthousiastes.

«L'absence de vin sur un média comme la télé est totalement anormale, surtout dans un pays qui est le leader mondial», explique à l’AFP Marie-Christine Tarby-Maire, présidente de Vin et Société, une association représentant tous les acteurs de la filière vitivinicole française (production, négoce et interprofessions). «L'éducation au goût n'a rien à voir avec l'abus de consommation, au contraire.»

Un groupe d'une vingtaine de sénateurs PS a déposé le 2 mars une proposition de loi pour une dérogation à la loi Evin, qui autoriserait des chaînes payantes consacrées «à la vigne et au vin». Ce genre de chaînes sera strictement encadré: interdiction de viser des mineurs, d'associer au vin des performances (sportives, sexuelles ou intellectuelles) et de pousser à la consommation, précise à l'AFP le sénateur Roland Courteau, co-auteur de la proposition. «Cette chaîne de télévision aurait pour mission d'éduquer les gens, de les conseiller, mais toujours dans un souci d'une consommation modérée», estime Roland Courteau, également co-président de l'«Association de la vigne et du vin», qui regroupe des élus favorables à la valorisation du vin.

Pour ces sénateurs, «tôt ou tard» les Français auront accès à des chaînes européennes de ce type, puisqu'une directive européenne intitulée «Télévision sans frontières» autorise la «circulation» des programmes TV au sein de l'UE.

Edonys menace d’émettre du Luxembourg

Selon ce texte, aucun Etat membre n'a le droit d'entraver la retransmission sur son territoire d'émissions audiovisuelles provenant d'un autre État membre, sauf s'il enfreint la directive en matière de protection des mineurs. Edonys menace donc d'émettre vers la France à partir du Luxembourg dès l'automne s'il n'obtenait pas le feu vert du CSA. «Le Luxembourg présente en plus un avantage fiscal. On espère attirer 48.000 abonnés la première année en France, Belgique et au Luxembourg», avance Julien Dumont, coordinateur du projet Edonys. Le risque est grand pour Edonys de ne pas obtenir une autorisation du gendarme français, puisqu'elle prévoit de faire des dégustations à l'antenne, à l'encontre de la loi Evin.