Les Roms en France, victimes de préjugés, relayés par Lellouche et Joyandet

MIGRATIONS Les associations françaises montent au créneau...

Marion Lippmann

— 

Familles roms installées dans la ville de Montreuil. 17/12/2009
Familles roms installées dans la ville de Montreuil. 17/12/2009 — SIMON ISABELLE/SIPA

La situation des Roms en France est de plus en plus préoccupante, martèle le docteur El Ghozi, membre permanent au comité consultatif de la HALDE. C’était lors d’un forum sur la santé des Roms en France, organisée par MSF jeudi 25 février, où s’est rendu 20minutes.fr.

Les organisations humanitaires s’insurgent contre les réponses qu’apportent les responsables politiques à ce sujet. Romeurope a adressé une lettre ouverte à Pierre Lellouche, secrétaire d’Etat aux affaires européennes le 23 février, pour contester ses déclarations tenues à Bucarest les 11 et 12 février.

«Aucun chiffre»

Deux affirmations du secrétaire d’Etat irritent particulièrement les associations. La première c’est l’amalgame entre la migration des Roms en France et le trafic d’êtres humains, qui toucherait des enfants et des personnes âgées. «Or aucun chiffre n’existe sur ces trafics, dont l’ampleur est inconnue. Il dit des choses graves, mais ne s’appuie sur aucune donnée objective», critique Stéphane Lévêque, membre de Romeurope, contacté par 20minutes.fr.

Pour la fondatrice de l’association, Michèle Mezard, les propos du secrétaire d’Etat sont racistes et reviennent à dire que les roms constituent «une race physiologiquement délinquante».

Le Quai d’Orsay, contacté par 20minutes.fr, confirme que les chiffres «sont compliqués à établir, car ces réseaux de trafics humains sont clandestins». Mais «la réalité est visible dans les rues. On ne peut pas la nier. Les enfants, qui mendient et travaillent, constituent des points stratégiques pour les réseaux. Tout le monde peut le constater».

«Mauvaise foi»

Seconde allégation mensongère selon l’association du secrétaire d’Etat: ces migrations seraient «clandestines» a fortiori lorsque les personnes reviennent en France après avoir été reconduites une première fois. Faux, affirme Romeurope. «La citoyenneté européenne des personnes permet cette circulation. Après 3 mois sur le sol français sans ressources, ils peuvent être reconduits dans leur pays. Cependant, et c’est primordial, ils ont le droit de revenir par la suite», précise Stéphane Lévêque. 

Pierre Lellouche n’est pas le seul à avoir un discours polémique. La réponse qu’Alain Joyandet a apporté au sénateur Michel Billout le 26 janvier sur un rapport de la HALDE «était consternante d’ignorance et de mauvaise foi», s’insurge le docteur El Ghozi.

«Liberté»

«Il a clairement expliqué durant son intervention que le cœur du problème Rom n’était pas leur difficulté d’accès aux droits, ni leur privation de la liberté de circulation, mais plutôt le fléau des réseaux criminels», ajoute-t-il.

«Liberté», un film de Tony Gatlif et sorti dans les salles mercredi dernier. Il rappelle l’histoire de la déportation des Roms en France.