La campagne des Droits des non fumeurs tuée dans l'œuf

Avec agence

— 

Nouvelle campagne de communication de l'association des Droits des non fumeurs
Nouvelle campagne de communication de l'association des Droits des non fumeurs — BDDP

Elle n’aura pas tenu longtemps. L'association Droits des non-fumeurs (DNF) a décidé de suspendre la diffusion des visuels de la campagne choc contre le tabagisme des jeunes, qui a suscité de vigoureuses polémiques. Elle précise dans un communiqué qu’elle «sera limitée aux actions très ponctuelles déjà réalisées ou lancées».

L’association se réjouit par ailleurs que cette campagne ait «lancé un débat sur le tabagisme des jeunes» et rappelle que le mode de diffusion était «très limité» (15.000 cartes postales publicitaires) et circonscrit à leurs lieux de sortie (cafés, restaurants et boîtes de nuit en Ile-de-France).

«Choquante» ou «décalée»

Le combat ne s’arrête pas là. «Que ceux qui se sont émus d'images jugées choquantes continuent de s'émouvoir sur la réalité du fléau que représente l'addiction précoce au tabac de leurs enfants et petits-enfants», déclare DNF.

Des associations, ainsi que la secrétaire d'Etat à la Famille, Nadine Morano, avaient demandé dès mardi l'arrêt de la campagne, qu'elles jugeaient «choquante» ou «décalée». La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, l’avait considérée comme «inappropriée». Mercredi 24 février, l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) a demandé de «faire cesser immédiatement toute diffusion» de cette campagne.


La diffusion du film continue

Les visuels utilisés par DNF mettaient en scène de jeunes fumeurs à genoux devant un adulte, dans une position à connotation clairement sexuelle.

DNF poursuit en revanche la diffusion du film de Yvan Attal sur le thème «Fumer, c'est servir de décharge aux pires produits toxiques» -tels que l'acétone, l’arsenic, DDT, l’ammoniaque et le polonium 210. Cette vidéo a été pour sa part été bien accueillie par le public.