Harry Roselmack et le mouton dans le coffre

TELEVISION Le journaliste de TF1 est pris dans une polémique médiatique...

J.C. avec agence

— 

Harry Roselmack a passé plusieurs semaines dans une cité de Villiers-le-Bel (95).
Harry Roselmack a passé plusieurs semaines dans une cité de Villiers-le-Bel (95). — G. LEIBLANG / TF1

Harry Roselmack estime «ridicule» la polémique née de sa présence avec une équipe de télévision aux côtés d'un musulman tentant de faire sortir un mouton vivant d'un site d'abattage rituel à Marseille.

 
«Je n'ai pas à me justifier de faire mon métier et je m'étonne que cela donne lieu à des interprétations erronées», a expliqué samedi à l'AFP le journaliste, présentateur de l'émission «7 à 8» et joker du 20 heures de TF1, au sujet de ce tournage qui a eu lieu la veille.
 
«Aucune part de responsabilité»

«Dans le cadre de la série "Harry Roselmack en immersion", on a fait un sujet sur les militants de la religion, les gens qui classent les lois religieuses au dessus de celles de la République, a-t-il raconté. Nous avons ainsi choisi un jeune musulman, Jamel, et on sera aussi avec une famille juive et une catholique pour une émission qui sera diffusée avant la fin février.»
 
Le tournage a eu lieu vendredi sur l'un des sites d'abattage ouverts à Marseille pour la fête musulmane de l'Aïd al-Adha. La voiture où se trouvaient le jeune musulman et l'équipe de télévision n'a pas pu quitter les lieux après que des élus se furent rendu compte de la présence d'un mouton vivant dans le coffre.
 
«Nous n'avons aucune part de responsabilité, nous suivons notre personnage comme n'importe quel journaliste le fait», a souligné Roselmack, déplorant que «ça devienne sur Internet: "Harry vole un mouton." C'est ridicule.»
 
«Ce qui m'inquiète, c'est que cette manipulation nuise à notre tournage et à notre émission», a-t-il conclu.