Les agressions de gardiens explosent à la prison de Lyon-Corbas

LYON La surpopulation carcérale de l'établissement est en cause...

Elisa Frisullo

— 

Poussée de violence à Corbas. Selon l'Ufap/Unsa, majoritaire dans l'administration pénitentiaire, huit gardiens ont été agressés par des détenus ces huit derniers jours à la maison d'arrêt de Lyon-Corbas, ouverte depuis mai. L'un d'eux a écopé de cinq jours d'incapacité temporaire de travail après avoir été attaqué au couteau par un prisonnier vendredi dernier. «Un autre s'est pris une porte dans le visage lundi et un surveillant s'est pris un coup de poing mardi», indique le délégué Ufap de Corbas, qui en septembre s'était inquiété de voir la surpopulation carcérale, récurrente à Perrache, se reproduire à Corbas.

La prison, qui compte 690 places théoriques, accueille déjà plus de 900 détenus. «Et un agent qui devrait avoir 60 personnes en charge en a plus de 90 aujourd'hui», poursuit Emmanuel Chambaud, soucieux que sa hiérarchie prenne la mesure du problème. «Sans réponse ferme et immédiate de notre direction et de la justice pour stopper cette violence, les agents ne tarderont pas à se mobiliser», averti le syndicat, qui recense en moyenne une agression d'agents tous les deux mois. La direction régionale des services pénitentiaires Rhône-Alpes-Auvergne, contactée mardi, n'a pas souhaité commenter cette vague de violence. «Trois agents ont été agressés et lors d'une maîtrise physique de détenus, d'autres ont pû être blessés, mais il ne s'agit pas d'agressions», a-t-elle toutefois précisé.