Suicides à France Telecom: la colère des syndicats

SOCIAL FO menace d'invoquer son droit de retrait...

Avec agence

— 

Des suicides en série à France Telecom.
Des suicides en série à France Telecom. — A. JULIEN

Alors que Xavier Darcos a convoqué le PDG de France Telecom, les syndicats se mobilisent. Quatre organisations, FO-Com, CGT, CFTC et Sud-PTT, ont demandé tour à tour samedi à l'entreprise des «mesures radicales», la plupart appelant l'Etat à «prendre ses responsabilité» et FO menaçant d'invoquer son droit de retrait, après un nouveau suicide de salarié. 

«Il faut que l'arrêt immédiat et sans conditions des restructurations et mobilités soit imposé», estime FO-Com. «Ce serait un signal fort qui doit être suivi d'autres mesures visant à améliorer les conditions de vie au travail et éradiquer le mal être», le syndicat appelant l'Etat à «prendre ses responsabilités». Si ces mesures ne sont pas prises rapidement, l’organisation  menace d’appeler les salariés «à faire valoir leur droit de retrait»

Christian Mathorel de la CGT estime quant à lui que «rien de ce qui arrive n’était imprévisible, ce sont les choix stratégiques tournés vers la recherche obsessionnelle du profit qui sont en cause».

«Les salariés n'ont plus confiance»

La CFTC, par la voix de Patrice Diochet est persuadée que «les mesures proposées par France Télécom ne vont pas assez loin, il faut des mesures radicales, et surtout recréer du lien entre les salariés et France Télécom. Les salariés n'ont plus confiance. Il faut aussi absolument que l'Etat, qui est l'actionnaire majoritaire travaille de concert avec les dirigeants». Il va d’ailleurs solliciter une rencontre auprès du ministre du Travail, car le gouvernement, «en tant qu'actionnaire, est aussi fautif parce qu'il a laissé faire».

Sud-PTT compte aussi demander une rencontre d’urgence avec le ministre et Patrick Ackermann est en colère: «Sud exige une négociation sur les causes du stress et donc sur les conditions et le sens du travail de tous les salarié-es, une réponse de la direction aux attentes des séniors et l’embauche de tous les emplois nécessaires à la bonne marche des service».