Explosion dans une mine slovaque: vraisemblablement 20 morts

ACCIDENT Les espoirs de retrouver des survivants sont quasi nuls...

Avec agence

— 

«C'est une tragédie, qui a pris des dimensions immenses», s'est lamenté lundi peu avant minuit le Premier ministre slovaque Robert Fico. Selon lui, un deuil national sera proclamé mardi, à l'issue du Conseil des ministre. «Ces gens ont trouvé la mort dans leur travail, dans leur travail qui est particulièrement difficile et dur», a-t-il souligné. Il s'est prononcé en faveur d'une «enquête indépendante, avec l'aide également d'experts étrangers».

Une explosion souterraine survenue lundi matin dans une mine de lignite à Handlova, dans la région de Banska Bystrica (centre), a coûté la vie à 20 mineurs, selon toute vraisemblance.

Selon les secours, les 14 mineurs portés disparus sont en effet morts, à cause des conditions «incompatibles avec la vie» qui règnent dans la galerie de la mine. Parmi les morts, il y aurait des sauveteurs qui s'efforçaient de maîtriser l'incendie, selon la direction de la mine.

Une température de 1.100°C

L'incendie s'est déclaré dans la mine de Handlova vers 7 heures lundi matin, suivi d'une explosion environ deux heures plus tard, selon Peter Cicmanec, directeur général de la compagnie Hornonitranske Doly Prievidza qui gère cette mine, située à 190 km au nord-est de Bratislava.

De son côté, le site d'information slovaque www.pravda.sk a indiqué que la température dans la mine aurait pu atteindre 1.100 degrés Celsius lors de l'explosion. «Cette mine a toujours été dangereuse et une telle tragédie n'était qu'une question de temps», a de son côté affirmé à ce site un ancien mineur de Handlova, Peter K., âgé de 42 ans.

Selon le directeur de l'établissement qui gère cette mine, l'explosion a été vraisemblablement causée par des «produits de combustion imparfaite». «Il n'y avait pas de méthane», affirme-t-il.

La compagnie Hornonitranske Doly Prievidza est le premier producteur de lignite en Slovaquie. Elle fournit du lignite notamment à la centrale thermique de Novaky, dans la même région, et emploie quelque 4.100 salariés.

En novembre 2006, quatre mineurs avaient trouvé la mort dans un éboulement survenu dans une autre mine de cette compagnie située à Novaky.