Loïk le Floch Prigent peut retourner en prison à tout moment

JUSTICE La cour d'appel de Versailles a révoqué partiellement la libération conditionnelle de l'ancien PDG d'Elf...

Avec agence

— 

L'ancien PDG d'Elf, Loïk Le Floch-Prigent, va devoir retourner en prison, un juge d'application des peines (JAP) ayant révoqué mardi sa liberté conditionnelle, a-t-on appris de source judiciaire, confirmant une information parue sur le site internet du Parisien.
L'ancien PDG d'Elf, Loïk Le Floch-Prigent, va devoir retourner en prison, un juge d'application des peines (JAP) ayant révoqué mardi sa liberté conditionnelle, a-t-on appris de source judiciaire, confirmant une information parue sur le site internet du Parisien. — Jack Guez AFP/Archives
Loïk Le Floch Prigent peut retourner en prison à tout moment. Mardi, la cour d'appel de Versailles a révoqué partiellement la libération conditionnelle de l'ancien PDG d'Elf. Il a en effet «subitement bénéficié de la somme de 505.256,40 euros venant d'un compte (...) dont il a indiqué ne pas connaître jusqu'à présent l'existence»

Dans son arrêt, la chambre d'application des peines de la cour d'appel juge donc que Loïk Le Floch-Prigent «a manqué à l'obligation d'indemniser la partie civile en proportion de ses facultés contributives».

Plusieurs condamnations

PDG de 1989 à 1993 du géant pétrolier français, il avait été condamné le 12 novembre 2003 à 5 ans de prison et 375.000 euros d'amende dans le volet principal de l'affaire Elf. Dans le volet Dumas/Deviers-Joncour, la cour d'appel de Paris l'avait condamné à 30 mois d'emprisonnement ferme, le 29 janvier 2003.

Enfin, le 25 mai, le tribunal correctionnel l'a une nouvelle fois condamné, cette fois-ci à 15 mois de prison avec sursis et 60.000 euros d'amende. Il a également ordonné la confusion de la peine de Le Floch-Prigent avec ses précédentes condamnations. Il avait bénéficié d'une libération conditionnelle en juin 2005.