Nicolas Sarkozy veut des lycées ouverts pendant les vacances et le week-end

Avec agence

— 

Nicolas Sarkozy et Richard Descoings le 2 juin 2009.
Nicolas Sarkozy et Richard Descoings le 2 juin 2009. — Meigneux / SIPA
Faire des lycées un lieu de vie que les élèves s’approprient, c’est l’idée lancée mercredi par Nicolas Sarkozy. Le président a suggéré que le lycée reste ouvert aux élèves en dehors des heures de cours, en leur permettant d'y mener des activités sportives et culturelles.

«Il faut qu'on accepte cette idée que le lycée doit être ouvert en dehors des strictes heures de cours. C'est pas normal que quatre mois de l'année en comptant les vacances, ou cinq mois, ça soit fermé. C'est pas normal que le week-end, ça soit fermé», a-t-il déclaré sur RTL.

Faire tourner le cinéclub

Accompagné du ministre de l'Education, Xavier Darcos, Nicolas Sarkozy s'était discrètement invité mercredi dans un lycée de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) à une réunion de travail des personnels avec le directeur de Sciences-Po Paris, Richard Descoings, chargé en janvier d'une mission de concertation sur la réforme du lycée.

Pour le président, les élèves doivent pouvoir aller au lycée le samedi par exemple pour «faire tourner le cinéclub, la salle de spectacles ou les équipements sportifs. Il souhaite «que ce soient les lycéens qui gèrent les équipements sportifs, ça leur apprendra un peu à être des adultes et à respecter les équipements dont ils auront la gestion».

Il s'agit, a poursuivi le chef de l'Etat, de «donner un droit de participation» aux élèves, «plutôt que d'infantiliser en ne donnant le choix qu'entre la soumission et la rébellion». «On fait aimer son lycée en permettant aux jeunes de se l'approprier.»


Nous vous avons demandé votre avis sur l’ouverture des lycées le week-end et pendant les vacances. Globalement cette mesure vous semble plutôt positive. Pour dewey: «C'est une bonne idée. Ca se fait déjà dans pas mal de pays, et ça marche super bien. Des activités sportives le samedi, du théâtre, du rattrapage aussi. Il faut simplement organiser qui, quoi, comment...»

Organiser, c’est justement le bémol émit par beaucoup d’entre vous. Knopsy estime que ce sont «des bonnes idées, mais mal exploitées, et peu approfondies, comme sur une copie :)». Payeur en courroux rappelle qu’une telle mesure a un coût humain et financier: «Je suppose que notre très "cher" Président a prévu (…) le recrutement nécessaire pour assurer l'entretien et la surveillance durant ces périodes supplémentaires (20 000 ETP au minimum) ainsi que l' augmentation d' un tiers des budgets de fonctionnement (chauffage, électricité, eau, etc.). Lafayette estime que «les taxes d’habitation et foncières vont faire un bond!»

Certains d’entre vous, comme Charmed, rappellent que «pour les activités extra-scolaires, nul besoin d'ouvrir les lycées en permanence, il y a déjà tout ce qu'il faut: des clubs sportifs, des ateliers artistiques, des centres socio-culturels, etc.»

>> Le débat se poursuit dans les commentaires, n'hésitez pas à donner votre avis.