Séquestration en Moselle: les trois dirigeants ont été relâchés

CONFLIT SOCIAL Une centaine de salariés du site Faure et Machet (FM Logistic) de Woippy avaient décidé de les retenir dans une salle de réunion ce jeudi, dans l'attente d'un représentant compétent...

Avec agence

— 

Une centaine de salariés du site Faure et Machet (FM Logistic) de Woippy (Moselle) ont décidé de retenir trois directeurs dans une salle de réunion toute la nuit du jeudi 16 au vendredi 17 avril dans l'attente d'un représentant compétent.
Une centaine de salariés du site Faure et Machet (FM Logistic) de Woippy (Moselle) ont décidé de retenir trois directeurs dans une salle de réunion toute la nuit du jeudi 16 au vendredi 17 avril dans l'attente d'un représentant compétent. — AFP PHOTO / JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

Ils se sont arrogés le droit de garde. Vers 10h30 ce jeudi matin, une centaine de salariés de ce site tout près de Metz menacé de fermeture d'ici à 2010, ont décidé de retenir cinq membres de la direction afin de protester contre leur conditions de licenciement. «Jugeant les mesures insuffisantes, environ 125 salariés ont décidé d'eux-mêmes de mettre la pression» sur la réunion en filtrant la porte de sortie de la salle, a expliqué Bruno Damien délégué CFE-CGC.

Parmi les membres de la direction, seules deux femmes ont été autorisées à rentrer chez elles peu après 19 heures. «Nous avons demandé que les personnes ayant des pouvoirs décisionnaires se retrouvent à la table pour négocier vendredi matin», a confié le délégué CGT Ahmed Birrou.

Le directeur du site et ses deux collaborateurs encore en rétention n'ont finalement pas passé la nuit de jeudi à vendredi dans la salle gardée successivement par des salariés de l'équipe de nuit et de jour, comme prévue. Ils ont été relâchés ce jeudi soir.

Un représentant parisien de la direction des ressources humaines de FM Logistic France doit se rendre vendredi à Woippy pour poursuivre les négociations.

«Ambiance bon enfant»

La direction de Faure et Machet a écarté le terme de «séquestration» insistant sur une «ambiance bon enfant». Les membres de la direction sont autorisés à se rendre aux toilettes et se restaurer.

Entièrement dédié depuis 13 ans à un seul client, Hewlett Packard, le site a perdu en avril 2008 le contrat de l'assemblage des imprimantes HP, désormais réalisé en Malaisie. Les tentatives de diversification ont échoué. La totalité de l'effectif mosellan (489 salariés) va perdre son emploi d'ici à 2010.

Lors des négociations ce jeudi, les syndicats ont demandé à ce que les salariés puissent bénéficier d'une aide à la mobilité, d'une indemnité d'un mois de salaire par année d'ancienneté et d'une majoration des indemnités à l'âge.