Le maire de Vence condamné à 9 ans de prison pour le viol de son petit-fils

— 

Le maire de Vence, Christian Iacono, 74 ans, a été condamné dans la nuit de samedi à dimanche à neuf ans de prison par la cour d'assises des Alpes-Maritimes pour le viol de son petit-fils. Dimanche matin, Eric Dupont-Moretti, l'un des ses avocats, a annoncé qu'il allait faire appel...

L'avocat général Philippe Vique avait requis quatorze ans de réclusion criminelle pour viol et agressions sexuelles.

Les faits pour lesquels le maire de Vence a été condamné se sont déroulés entre 1996 et 1998, alors que l'enfant avait entre 5 et 8 ans. Christian Iacono a tout nié en bloc.

La cour d'assises a acquitté un second prévenu, Jean-Jacques Baly, un hôtelier de Vence qui était accusé par Gabriel, le petit fils, de lui avoir imposé des attouchements sexuels en présence du grand-père.

L'accusation contre le maire de Vence reposait sur des rapports d'experts signalant l'existence de deux cicatrices indicatives de sévices sexuels ainsi que sur la parole précise, circonstanciée, constamment répétée depuis neuf ans du petit fils, qui a réaffirmé ses accusations lors du procès. Dans son réquisitoire, l'avocat général a souligné la cohérence, la constance, la spontanéité et le caractère extrêmement détaillé des accusations portées par Gabriel, le petit-fils du maire. «Pourquoi Gabriel accuserait-il son grand-père avec une telle force depuis neuf ans?», a interrogé l'avocat général.