Le quotidien de plus en plus difficile des familles monoparentales

AIDES C'est la conclusion principale du rapport annuel du Secours catholique publié ce jeudi...

Avec agence

— 

La France compte onze millions de bénévoles au service d'associations, lesquelles gagneraient cependant à mieux partager entre elles "la ressource bénévole", selon un rapport de France Bénévolat présenté vendredi.
La France compte onze millions de bénévoles au service d'associations, lesquelles gagneraient cependant à mieux partager entre elles "la ressource bénévole", selon un rapport de France Bénévolat présenté vendredi. — Pierre Andrieu AFP/Archives

Les familles monoparentales sont de plus en plus nombreuses à demander de l'aide et cumulent les difficultés pour se loger, pour trouver du travail. C’est la principale conclusion publiée ce jeudi par le Secours Catholique dans son rapport annuel, un des baromètres du quotidien des plus démunis en France.

Le nombre de familles monoparentales n'a cessé d'augmenter au cours des dix dernières années, constate le Secours Catholique. En 1997, il «rencontrait» autant de familles monoparentales que de couples. En 2002, ces familles monoparentales étaient 56% et, en 2007, 60%.

Deux millions d’enfants pauvres, un sur deux vit avec un parent seul

La grande majorité (67 %) des enfants de 6 à 17 ans accueillis par l'association vit dans une famille monoparentale alors que les plus jeunes (les moins de 3 ans) sont plus nombreux au sein des couples.

Le Secours catholique rappelle que la France compte sept millions de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté parmi lesquelles deux millions d'enfants pauvres, dont un sur deux vit avec un parent seul.

Mauvais accès à l’emploi

Les familles monoparentales sont aussi grandement défavorisées par rapport à l'accès à l'emploi: parmi les couples dont le plus jeune enfant a moins de 3 ans, 27,5% des chefs de familles en couple ont accès à l'emploi contre 9,2% pour les familles monoparentales.

Enfin, la précarité du logement touche davantage les mères jeunes et seules.

Les premières conséquences de la crise financière

François Soulage, le président du Secours catholique, prévient que «ce rapport a un temps de retard. On voit arriver en ce moment des jeunes. Ce sont des jeunes qui étaient en intérim ou en CDD de trois mois et que l'on voit arriver depuis le début de la crise en septembre».

Il fait état d'une augmentation des personnes accueillies par le Secours catholique «de 10 à 15% depuis les vacances. Aux Restaurants du Coeur, c’est la même chose: il y a un problème évident, en ce moment, et spécialement avec les jeunes».

Des personnes âgées de plus en plus démunies

Autre constat: les 50-60 ans sont de plus en plus nombreux dans les services d'accueil du Secours Catholiques: de 19,5 % en 2002, cette catégorie d'âge est passée à 24,1 % en 2007.

«Il s'agit de personnes qui exerçaient des professions anciennes, qui ont un niveau de formation très faible et pour lesquelles un reclassement est quasi impossible», explique François Soulage.

>>>>>>> Votre quotidien est de plus en plus difficile? Ressentez-vous les impacts de la crise? Témoignez sur 20minutes.fr...