Darcos persiste et signe à Strasbourg

Sa C avec notre correspondant Philippe Wendling, à Strasbourg

— 

Le ministre UMP de l'Education Xavier Darcos a échoué pour 113 voix à conserver la mairie de Périgueux. A l'inverse, son collègue le secrétaire d'Etat "d'ouverture" Jean-Marie Bockel conserve Mulhouse pour 168 voix.
Le ministre UMP de l'Education Xavier Darcos a échoué pour 113 voix à conserver la mairie de Périgueux. A l'inverse, son collègue le secrétaire d'Etat "d'ouverture" Jean-Marie Bockel conserve Mulhouse pour 168 voix. — Thierry Zoccolan AFP

Pas question de céder. Xavier Darcos a confirmé lundi les suppressions de postes annoncées dans l’Education nationale. En visite dans la région strasbourgeoise, le ministre s’est voulu ouvert au dialogue tout en balayant de la main un possible retour en arrière de sa réforme.

Après la visite d’un collège à Strasbourg, il s’est entretenu avec le Conseil académique de la vie lycéenne (CAVL) au lycée Louis Marchal, à Molsheim, pour évoquer la crise. «Je suis venu discuter avec des gens qui ont des choses à dire et pas avec des porteurs de banderoles, a-t-il déclaré à l’issue de la rencontre. Les membres du CAVL sont les plus représentatifs des lycéens car ils sont élus.»

Une façon de caresser les lycéens dans le sens du poil, alors que les académies de Versailles et de Créteil, les plus mobilisées depuis le début, sont en vacances scolaires. Xavier Darcos continue à afficher sa fermeté. «Depuis 30 ans, on a rajouté des moyens dans l’Education nationale, sans succès», a-t-il asséné, réaffirmant que la réussite scolaire ne dépendait pas du nombre de professeurs en fonction dans le lycée. Et d’insister: «C’est par une réforme de fond que l’on arrivera à moderniser le système.» Le ministre sera-t-il entendu? Pas sûr: les lycéens strasbourgeois ont d’ores et déjà prévu de manifester, mardi et jeudi.

DIAPORAMA

Les meilleurs slogans des manifestations lycéennes, c'est par ici.