Déposez plainte depuis chez vous

Morgiane Achache

— 

Le ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres, a assuré mercredi devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale que les internautes ne seraient plus passibles de peines de prison en cas de téléchargement illégal, a-t-on appris de source parlementaire.
Le ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres, a assuré mercredi devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale que les internautes ne seraient plus passibles de peines de prison en cas de téléchargement illégal, a-t-on appris de source parlementaire. — Valéry Hache AFP/Archives

Un vol de portable, un cambriolage, bientôt vous pourrez directement aller porter plainte... sur le net. Le ministère de l'Intérieur va mettre en place, avant l'été, un nouveau portail Internet pour toute personne ayant subi un vol ou un acte de vandalisme, dévoile le Figaro dans son édition de ce mercredi.

Remplir une fiche pour déposer une «préplainte»

«Cette nouvelle plateforme informatique sera l'une des innovations majeures de la loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (Lopsi), souligne le ministère de l'Intérieur. Elle arrivera au Parlement juste après les municipales.»

Le système est simple, mais il ne s'agit en fait que d'une «pré-plainte». Une fois devant son écran d'ordinateur, la victime va devoir remplir une fiche. D'abord, elle doit cocher la case qui correspondant au type d'infraction déclarée et au montant estimé du préjudice. Un champ libre doit être rempli pour décrire les circonstances du délit. Une fois validée, la fiche est transmise à un serveur informatique qui la redistribue au commissariat ou à la gendarmerie concernée par les faits. Quelques jours plus tard, ils rappellent la victime pour fixer le rendez-vous de la vraie plainte.

«Aujourd'hui, le temps d'attente est trop long, explique Nicolas Comte, secrétaire général du syndicat général de la police (SGP-FO). Dès le début, nous avons été favorable à l'utilisation de cet outil. De nombreuses personnes ne prennent pas le temps de venir porter plainte. Avec ce système, elle rencontrera un policier ou un gendarme qui aura préalablement étudié le dossier et c'est une bonne chose.»

Un système déjà utilisé à l'étranger

Le ministère de l'Intérieur s'inspire des services mis en place chez nos voisins européens.

En Espagne, un système similaire est déjà en place. Les victimes peuvent déposer une «pré-plainte» pour des vols à l'arraché, des escroqueries, des cambriolages, ou bien aussi des dégâts. Les premières années, ce nouveau système avait fait exploser les chiffres de la délinquance.

En Italie, le site est un commissariat virtuel avec de véritables animations. Il est rempli de conseils et d'avertissements et les victimes peuvent déposer une «pré-plainte» pour les vols.

En Belgique, le portail permet de véritablement porter plainte mais seulement dans les cas de vol de vélo, vol à l'étalage et fait de vandalisme.