«Les sans-papiers ont leur place dans les centres d'urgence»

GOUVERNEMENT Martin Hirsch, Haut Commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, a confirmé...

avec AFP

— 

Le gouvernement exclut de mettre en place avant 2010 le "bouclier sanitaire" proposé par Martin Hirsch pour limiter les dépenses de santé des revenus modestes, qui pourraient s'accroître après l'instauration, de plus en plus contestée, de franchises médicales en 2008.
Le gouvernement exclut de mettre en place avant 2010 le "bouclier sanitaire" proposé par Martin Hirsch pour limiter les dépenses de santé des revenus modestes, qui pourraient s'accroître après l'instauration, de plus en plus contestée, de franchises médicales en 2008. — Jean-Pierre Clatot AFP/Archives

Martin Hirsch, Haut Commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, a confirmé samedi sur RTL que les «sans-papiers ont leur place dans les centres d'urgence», assurant qu'il «n'y avait aucune volonté du gouvernement de mettre à mal la mission» de ces centres. L'ancien président d'Emmaüs, avait estimé vendredi que le dispositif voté dans la nuit de jeudi à vendredi par le Sénat, lors de l'examen du projet de loi sur l'immigration, qui vise à exclure les étrangers en situation irrégulière de l'hébergement d'urgence n'était «pas acceptable».

Quelques heures plus tard, un communiqué commun des ministres de l'Immigration (Brice Hortefeux) et du Logement (Christine Boutin) et du Haut Commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté assurait que le droit pour toute personne - y compris sans-papiers - d'être accueillie dans une structure d'hébergement d'urgence «n'est pas remis en cause».

Samedi à la mi-journée sur RTL, M. Hirsch a souligné que la loi sur l'immigration, défendue par M. Hortefeux, «n'est pas définitivement votée». Il a ajouté que l'amendement Mariani sur l'accueil des personnes en situation irrégulières dans les centres d'urgence «posait des problèmes».