«Kaamelott» se vend avec le cadre

Laure de Charette, depuis Biarritz

— 

Tout est bon pour convaincre l’acheteur. Calt International, distributeur de «Kaamelott» à Biarritz, propose aux producteurs internationaux intéressés par le concept comico-médiéval une option originale: moyennant moults centaines d'euros, ils peuvent tourner le pilote, puis les centaines d’épisodes, dans les studios français.

«On loue à l’année des studios à Lyon, alors autant les sous-louer aux étrangers, pour qu’ils puissent utiliser nos accessoires, décors et costumes», sourit Sandrine Frantz, directrice des ventes internationales. L’objectif est double: rentabiliser le plateau … et garder un œil avisé sur le devenir de l’adaptation. Histoire d’éviter les armures mal ficelées et les perruques pas folles dans les versions mondiales! Les Espagnols viennent d’acheter le package, les Italiens et les Québécois se disent intéressés. Joli coup.