Ceux qui s’en félicitent...

TEMPS Si certains l'aiment chaud, d'autres le préfèrent maussade...

— 

Une tempête accompagnée de fortes pluies et de violentes rafales a traversé vendredi la France, faisant un mort et plusieurs blessés à Paris et dans le Rhône, et privant plus de 200.000 foyers d'électricité.
Une tempête accompagnée de fortes pluies et de violentes rafales a traversé vendredi la France, faisant un mort et plusieurs blessés à Paris et dans le Rhône, et privant plus de 200.000 foyers d'électricité. — Jean-Philippe Ksiazek AFP
Le moral des fabricants de parapluies est au beau fixe
Avec des mois de juillet et août très arrosés, les ventes de parapluies ont explosé. A Aurillac (Cantal), la «capitale du parapluie», le chiffre d'affaires d’un fabricant s'est envolé de 66% par rapport à un été habituel. «Si la sécheresse et la canicule de 2003 avaient mis en danger notre métier et que le mois d'avril aux températures estivales nous donnait des sueurs froides, les pluies de ces quatre derniers mois font notre bonheur», a confié le PDG de Piganiol, premier fabricant européen de parapluies.

C’est presque le pied pour les urgences
Quand il fait gris, on a moins mal. C’est ce que révèle un amusant tour dans les services d’urgences de Paca, qui se félicitent presque de la dégradation du temps ces derniers jours dans la région. Car la pathologie la plus saisonnière serait chaque année la fracture du petit orteil. Un accident dont la fréquence n’étonne plus les médecins et qui surviendrait lors des retours de plage en tongs. Un pompier s’agace même de la multiplication des cas dans le cadre de l’ascension du massif du Canigou : «La mode veut qu’on joue les héros de l’Himalaya en tongs.» Reste que l’on peut se brûler à la plage même sans soleil, avec la multiplication des méduses en Méditerranée.

Des heureux même dans le tourisme
Le temps maussade en Bretagne et en Normandie a incité les vacanciers à se réfugier à l'intérieur. Le 14 août, journée très pluvieuse, l'aquarium de Saint-Malo
et l'Océanopolis à Brest ont battu des records d'affluence. Plus au sud, le glacier des Deux Alpes (Isère) a été régulièrement couvert d'une couche de poudreuse grâce au mauvais temps, attirant une moyenne de 2.000 heureux skieurs estivaux par jour.

E. Jardonnet