Les Kiribati acceptent que l‘«Ocean Jasper» soit immobilisé en France

COLLISION L’«Ocean Jasper» ne pourra pas repartir...

D'après AFP

— 

La France a demandé lundi au gouvernement des îles Kiribati de pouvoir instruire et juger l'affaire du naufrage du Sokalique impliquant un cargo immatriculé dans ce petit Etat du Pacifique, tandis que les auditions de l'équipage se poursuivaient à Brest.
La France a demandé lundi au gouvernement des îles Kiribati de pouvoir instruire et juger l'affaire du naufrage du Sokalique impliquant un cargo immatriculé dans ce petit Etat du Pacifique, tandis que les auditions de l'équipage se poursuivaient à Brest. — Fred Tanneau AFP

Les autorités des îles Kiribati ont répondu favorablement à la demande française «concernant l'immobilisation» du navire «Ocean Jasper» et de son équipage, soupçonné d'être à l'origine du naufrage du «Sokalique».

«Les autorités kiribatiennes ont répondu formellement, et de manière favorable, à la demande française concernant l'immobilisation du navire «Ocean Jasper» et de son équipage, pour la durée et aux fins de faciliter l'enquête en France», a déclaré à la presse un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hugues Moret.

Convention de Montego Bay

La France avait demandé aux autorités des îles Kiribati à pouvoir «conduire l'enquête» sur l'«Ocean Jasper», «que des suites judiciaires soient données à cette affaire» ainsi que leur «accord formel pour l'immobilisation du navire».

Sans cet accord formel, la France aurait été obligée de laisser repartir le cargo immatriculé aux îles Kiribati, en vertu de la convention de Montego Bay sur la circulation dans les eaux internationales.

Collision


Le syndicat CGT des marins de Brest avait demandé dans une lettre au président Nicolas Sarkozy que le commandant du cargo et son second soient emprisonnés et jugés en France.

Le «Sokalique», un caseyeur de 20 mètres de Roscoff (Finistère) a fait naufrage vendredi au large d'Ouessant à la suite d'une collision avec un bateau qui ne s'est pas arrêté après l'accident, selon les rescapés.

Six des sept membres d'équipage ont été récupérés, mais son patron s'est noyé. Soupçonné d'être responsable de l'accident, le cargo «Océan Jasper», un petit vraquier de 80 mètres battant pavillon des îles Kiribati, a été dérouté à Brest samedi.