Ivan est sorti du coma

AMIENS L'enfant russe est tombé en voulant fuir les policiers…

D'après AFP

— 

L'état de santé d'Ivan, l'enfant russe blessé après une chute lors d'une tentative d'interpellation le 9 août à Amiens, restait "stationnaire" vendredi, a-t-on appris auprès d'un des avocats de sa famille et du CHU d'Amiens, où l'adolescent est toujours hospitalisé.
L'état de santé d'Ivan, l'enfant russe blessé après une chute lors d'une tentative d'interpellation le 9 août à Amiens, restait "stationnaire" vendredi, a-t-on appris auprès d'un des avocats de sa famille et du CHU d'Amiens, où l'adolescent est toujours hospitalisé. — AFP/HO

Ivan, l'enfant russe grièvement blessé après une chute lors d'une tentative d'interpellation de ses parents le 9 août à Amiens, «est sorti du coma», a annoncé l'un des avocats de sa famille, Me Francis Lec.

«L'inquiétude que nous avions sur sa vie est maintenant levée» mais il souffre de «trois traumatismes importants", a déclaré Me Lec, en soulignant qu'il aurait «un arrêt d'activité supérieur à six mois».

«Un certain soulagement»

L'enfant, âgé de 12 ans, « répond aux appels de sa maman. Il ne s'exprime pas encore, ne mange pas encore, mais c'est une sortie du coma», a précisé le bâtonnier sur France Bleu Picardie, en soulignant que «pour la famille c'est un certain soulagement».

Ivan a été grièvement blessé en tombant accidentellement du 4e étage de son immeuble alors que la police venait interpeller ses parents en situation irrégulière.

Hospitalisé au CHU d'Amiens, il présente notamment «un traumatisme oculaire et un traumatisme crânien, qui est sérieux, et devra faire l'objet pendant plusieurs mois, voire peut-être plusieurs années d'une rééducation», a souligné l'avocat.

«Chute extrêmement grave»

Il a précisé que «les médecins pour l'instant ne peuvent pas se prononcer sur l'incapacité permanente partielle dont l'enfant peut être atteint. Cette situation nous confirme bien que l'enfant a été l'objet d'une chute extrêmement grave qui a compromis (...) son avenir».

Le conseil a souligné qu'avec Me Jacques Vergès ils «entreprenaient des démarches auprès du ministre de l'Immigration (..) pour que l'autorisation de rester sur le territoire français ne soit pas limitée à six mois» pour cette famille, comme cela a été fait après l'accident par le ministère.

Enquête «pas suffisante»

«On ne peut pas imaginer que les soins qui sont indispensables pour Ivan (...) puisse se faire sans que les parents ne soient là», a déclaré le bâtonnier, qui demande la «régularisation au plus vite de leur situation».

L'avocat a par ailleurs rappelé qu'il demandait avec Me Vergès l'ouverture d'une information judiciaire sur les circonstances de la chute d'Ivan, estimant que l'enquête menée par l'IGPN (Inspection générale de la police nationale) n'est «pas suffisante».