Un bataillon israélien laisse derrière lui un soldat endormi

avec AFP

— 

L'armée israélienne interrogée par l'AFP a confirmé les faits et indiqué avoir ouvert une enquête sur cette affaire qu'elle considère avec "une extrême gravité".
L'armée israélienne interrogée par l'AFP a confirmé les faits et indiqué avoir ouvert une enquête sur cette affaire qu'elle considère avec "une extrême gravité". — David Furst AFP

En opération dans le sud de la bande de Gaza, mieux vaut garder les yeux bien ouverts. C’est ce qu’a appris à ses dépens un membre du bataillon 51 du régiment d’infanterie d’élite Golani. Epuisé de fatigue, le militaire s’est endormi dans la nuit de jeudi à vendredi et est resté sur le terrain alors que ses camarades sont repassés en territoire israélien.
Après l'appel qui s'effectue à chaque retour de mission, les officiers ont réalisé qu'un soldat était porté manquant et ils ont donné l'ordre de repasser en territoire palestinien pour le rechercher. Il a été retrouvé à 700 mètres à l'intérieur de la bande de Gaza.

Une série d’erreurs inacceptable


L'armée israélienne interrogée par l'AFP a confirmé les faits et indiqué avoir ouvert une enquête sur cette affaire qu'elle considère avec «une extrême gravité». Pensant qu'ils avaient affaire à un Palestinien armé, des militaires de guet aux abords de la clôture de sécurité auraient pu ouvrir le feu dans sa direction s'il avait tenté de revenir seul en territoire israélien, a-t-on souligné.
«Il y a eu là une série d'erreurs inacceptable. Cette affaire aurait pu se terminer par un enlèvement», a déclaré un responsable militaire à «Y-Net», le journal en ligne du quotidien à grand tirage Yediot Aharonot.

Un militaire israélien, le caporal Gilad Shalit, a été enlevé fin juin 2006 à la lisière de la bande de Gaza par des groupes armés palestiniens, dont celui du mouvement islamiste Hamas. Les efforts pour le libérer dans le cadre d'un échange de prisonniers n'ont toujours pas abouti.