Près de 43.000 teufeurs à Saint-Brieuc

avec AFP

— 

En dépit des oppositions des agriculteurs qui ont déversé du lisier sur des sites retenus ou d'élus qui ont fait appel à la justice pour ne pas accueillir ce rassemblement, plusieurs dizaines de milliers de raveurs dansaient samedi sur l'aéroport de Saint-Brieuc (Côtes d'Armor) dans une ambiance bon enfant.
En dépit des oppositions des agriculteurs qui ont déversé du lisier sur des sites retenus ou d'élus qui ont fait appel à la justice pour ne pas accueillir ce rassemblement, plusieurs dizaines de milliers de raveurs dansaient samedi sur l'aéroport de Saint-Brieuc (Côtes d'Armor) dans une ambiance bon enfant. — André Durand AFP

Les jeunes quittaient sans incident notable dimanche après-midi le site du Teknival sur l'aéroport de Saint-Brieuc (Côtes d'Armor) où ils n'étaient plus que 15.000 en soirée, après avoir atteint les 43.000 dimanche matin, selon la préfecture du département.
«Ce matin, 43.000 personnes, 12.000 véhicules et 55 sound systems étaient présents sur le site», a indiqué à l'AFP la porte-parole de la préfecture des Côtes d'Armor, Nelly Boufferon.

... Envoyez-nous vos photos, vos vidéos ou vos témoignages à multimedia @ 20minutes.fr...


Dimanche soir, les jeunes n'étaient plus que 15.000, avec 5.000 véhicules et 12 sound systems, selon la préfecture.

Le teknival se termine officiellement lundi à 14 h.

Samedi, le préfet, Philippe Rey, avait annoncé l'ouverture d'une zone de parking supplémentaire de 10 hectares à l'ouest du site, pour accueillir les ravers.

Sur les 516 personnes qui ont fréquenté les postes de secours depuis le début du Teknival, 85 ont été conduites au poste médical avancé et 14 ont été évacuées vers un centre hospitalier, aucune n'étant toutefois gravement blessé, selon la préfecture.

Par ailleurs, quatre personnes ont été placées en garde à vue suite à des prises de stupéfiants, selon la même source.

L'utilisation de l'aéroport de Saint-Brieuc pour le Teknival avait été écarté il y a une dizaine de jours par les autorités en raison de la difficulté de sécuriser certaines installations et parce qu'une entreprise de maintenance aéronautique, en plein développement, en utilise les pistes.

Depuis, plusieurs sites avaient été envisagés par les pouvoirs publics dans les Côtes d'Armor, le Morbihan ou la Mayenne, provoquant à chaque fois des actions hostiles d'agriculteurs, qui ont notamment déversé du lisier sur les lieux, et des élus locaux.
Des actions en justice d'élus, notamment par le Conseil Général des Côtes d'Armor, ont aussi été engagées.