Mise en examen et mandat de dépôt requis contre le chauffard mulhousien

— 

Le parquet de Colmar a requis dimanche la mise en examen, pour tentative d'homicide volontaire, de l'automobiliste qui avait foncé dans la foule samedi matin à la sortie du bal de Berrwiller (Haut-Rhin), faisant notamment un mort, a-t-on appris de source judiciaire.
Le parquet a demandé également un mandat de dépôt à l'encontre du jeune homme, un Mulhousien né en décembre 1984, a-t-on précisé de même source.

Condamné la veille pour détention de stupéfiants

Il venait tout juste d'être condamné la veille du drame par le tribunal correctionnel de Mulhouse, pour détention de stupéfiants.
Il avait été interpellé peu après avoir foncé dans la foule, samedi vers trois heures du matin, par une patrouille de gendarmerie qui l'avait pris en chasse.

Version contredite

Selon le parquet, il avait affirmé avoir appuyé sur l'accélérateur pour échapper à ses agresseurs. Mais cette version ne correspond pas à celles présentées par son passager, âgé de 18 ans et remis samedi en liberté, et plusieurs témoins.

Il fonce délibérément dans la foule

Selon plusieurs témoignages, le jeune homme a foncé délibérément dans la foule après avoir effectué un premier passage en faisant crisser les pneus de sa 205 rouge. Il avait au préalable été expulsé de la fête par le service d'ordre en raison de son comportement agressif.

Aucune charge ne pèse contre le passager, qui semble avoir plutôt joué un rôle «modérateur», avait indiqué samedi le parquet.

L'enquête a permis d'établir qu'il était en état d'ébriété, avec 0,86g d'alcool dans le sang trois heures après son interpellation. Des analyses toxicologiques ont également été ordonnées pour déceler la prise éventuelle d'autres substances.

Marche silencieuse

Une marche silencieuse a rassemblé dimanche matin quelque 2.000 personnes à Berrwiller, selon les gendarmes.

Le bilan officiel du drame, communiqué samedi par le ministère de l'Intérieur et la préfecture du Haut-Rhin, fait état d'un mort et seize blessés.