«Mieux vaut recruter des enseignants plutôt que de leur payer des heures sup»

EDUCATION Syndicats et enseignants réagissent à l’annonce de la mise en place d’un soutien scolaire gratuit en collège...

— 

Le ministre de l'Education, Xavier Darcos, a annoncé mardi soir sur France 3 la mise en place après l'Ecole de dispositifs d'études dirigées, d'activités éducatives et sportives, afin d'éviter que les élèves dont les parents travaillent "tombent dans la logique de la rue".
Le ministre de l'Education, Xavier Darcos, a annoncé mardi soir sur France 3 la mise en place après l'Ecole de dispositifs d'études dirigées, d'activités éducatives et sportives, afin d'éviter que les élèves dont les parents travaillent "tombent dans la logique de la rue". — Pierre Verdy AFP/Archives

«On ferme le robinet et on s’étonne qu’il n’y ait plus d’eau dans la baignoire.» Daniel Robin, secrétaire national du Snes (Syndicat national des enseignants du second degré) a regretté mercredi que Xavier Darcos fasse appel aux heures sup défiscalisées et à des intervenants extérieurs pour assurer le soutien scolaire gratuit plutôt que de recruter suffisamment d’enseignants.

«Bénéficier à tous les niveaux»

Le ministre de l’Education a annoncé mardi à la presse la mise en place d’études surveillées gratuites, de 16h30 à 18h pour les élèves de 6e et 5e dans les collèges «Ambition réussite».

«Nous ne sommes pas contre cette mesure, mais nous regrettons qu’elle soit financée par des heures sup et pas par une augmentation des postes, a souligné Daniel Robin. Par ailleurs, il ne faut pas se focaliser que sur les collèges «Ambition réussite» et sur la 6e et 5e. Le soutien doit bénéficier à tous et à tous les niveaux.

Le dispositif sera d’abord testé dans les collèges «Ambition réussite» avant d’être généralisé d’ici trois ans. «Si c’est sur la base du volontariat, je suis plutôt favorable à cette idée», estime pour sa part une professeur d’anglais d’un collège nantais. «Non seulement certains enseignants seront intéressés mais aussi les parents d’élèves qui travaillent tard.»

La «transmission» du savoir prioritaire

Pour le soutien scolaire, seuls les élèves en difficulté seront concernés par le dispositif, précise-t-on ministère. Pour ce qui est des activités culturelles et sportives, par contre, tous les élèves seront admis.

Le syndicat enseignant Snalc-CSEN, traditionnellement classé à droite, voit d’un mauvais œil le fait que les activités culturelles et sportives «empiètent de façon trop importante sur l'aide au travail scolaire». «La finalité de l'Ecole demeure la transmission du savoir.»