Quelle place pour Ségolène Royal?

P. K.

— 

Icône, Ségolène Royal semblait taillée pour l’élection présidentielle, beaucoup moins pour mettre les mains dans le cambouis interne du parti. Ségolène Royal est montée en puissance hors du parti, et même contre ce dernier. Les hiérarques se sont souvent ralliés à elle à contrecœur. «Les membres de l’appareil se sont dit: Elle est tellement populaire que personne ne peut la battre. Si je ne prends pas position pour elle, je perdrai mon canton, ma ville», explique un socialiste dans Libération.

Dimanche soir, elle est apparue très combative et déterminé à continuer le combat en première ligne. «Malgré ces obstacles, Ségolène Royal a su incarner un espoir collectif immense. Aussi est-elle la mieux qualifiée pour poursuivre la construction de ce rassemblement nouveau qui devra s'affranchir des limites constatées durant la campagne présidentielle», explique Dany Cohn-Bendit, qui, aux côtés de son frère Gabriel, Christiane Taubira, Jean-Yves Le Drian lance dans Libération un appel à une «nouvelle alliance des Verts, du PS et du nouveau centre».