«Nicolas Sarkozy a réussi le siphonage des voix FN»

Propos recueillis par Philippe Berry

— 

Olivier Martinelli est le directeur de cabinet de Jean-Marie Le Pen.

La victoire de Nicolas Sarkozy est nette. Comment la percevez-vous?
Le corps électoral a surtout voulu éviter une nouvelle catastrophe au pays avec un retour des socialo-communistes au pouvoir. Mais la France va se réveiller et se rendre compte qu’elle a été trompée. Nicolas Sarkozy n’a pas les outils pour rénover le pays. Il n’a pas mentionné une seule fois le mot «frontière» dans son discours. Et il est impossible de soigner le mal français sans un retour aux frontières. Non pas barrières mais filtres, contre l’immigration et le commerce de masse.

Jean-Marie Le Pen avait appelé ses électeurs à l’abstention. D’après les sondages, près de 70% des voix se sont reportées sur Nicolas Sarkozy. C’est un échec?
Non. Il ne s’agit pas de consignes de vote mais de conseils. Le suffrage est libre, et Nicolas Sarkozy a réussi son siphonage de nos voix.

Les législatives s’annoncent-elles difficiles pour le FN?
Nous allons faire campagne pour mobiliser notre électorat. Il faut un Front national fort aux législatives pour que Nicolas Sarkozy soit obligé de tenir ses promesses.

Une Alliance nationale, à l’image de ce qu’a fait l’extrême droite italienne en participant au gouvernement est-elle envisageable?
Nicolas Sarkozy ne l’a jamais proposé. Et quand bien même il le ferait, il ne remet pas en cause l’engagement européiste de la France. Une alliance dans ces conditions est impossible.