Le Labour évite le désastre

GRANDE-BRETAGNE Quelque 39 millions de Britanniques se sont rendus aux urnes jeudi…

— 

L'Ecosse pourrait jeudi se donner un Premier ministre indépendantiste, à l'issue d'élections régionales et locales qui se tiennent aussi en Angleterre et au Pays de Galles et devraient voir un peu partout le recul des travaillistes de Tony Blair.
L'Ecosse pourrait jeudi se donner un Premier ministre indépendantiste, à l'issue d'élections régionales et locales qui se tiennent aussi en Angleterre et au Pays de Galles et devraient voir un peu partout le recul des travaillistes de Tony Blair. — Shaun Curry AFP

Le Labour de Tony Blair a perdu du terrain mais évité le désastre lors des élections locales et régionales en Angleterre, au Pays de Galles et en Ecosse, où les indépendantistes espéraient toujours vendredi devenir le premier parti du Parlement régional.

Le Parti travailliste perd sept sièges en Ecosse

Selon les résultats partiels portant sur 74 des 129 sièges de ce parlement écossais, le parti travailliste a perdu sept sièges tandis que le Parti nationaliste écossais (SNP, indépendantiste) en a gagné douze. Pour l'heure, le Labour a 32 sièges et le SNP 24.

Le scrutin en Ecosse, bastion traditionnel du Labour, constituait le principal enjeu des élections de jeudi. En Angleterre, seule la moitié des bulletins avaient été dépouillés vendredi matin. Mais selon les premiers résultats, les conservateurs ont gagné 15 conseils tandis que les travaillistes en ont perdu cinq. Au Pays de Galles, les premiers résultats montrent que le parti travailliste devrait, avec 26 élus, demeurer majoritaire à l'assemblée régionale, aux compétences plus limitées que le parlement écossais.

«Ça n'a pas été la meilleure des nuits», a concédé Hazel Blears, la présidente du parti travailliste sur la BBC, «mais c'est loin d'être aussi mauvais que ce que les sondeurs prévoyaient», a-t-elle estimé, en soulignant que le Labour demeurait le premier parti du pays.
Le leader du SNP, Alex Salmond, avait prédit vendredi matin que le parti travailliste subirait sa pire défaite électorale depuis 1922.

Dernières élections avant le départ de Blair

Ces élections de mi-mandat étaient les dernières avant le départ de Tony Blair cet été, et avaient valeur de test pour le Premier ministre et son parti travailliste au plus mal dans les sondages, dans la perspective des élections de 2009 ou 2010.