Les résultats avant l'heure par SMS

PRESIDENTIELLE Une entreprise suisse propose un service payant...

Paul Ackermann

— 

L'entreprise suisse Echovox propose d'envoyer les résultats du premier tour par SMS avant l'heure.
L'entreprise suisse Echovox propose d'envoyer les résultats du premier tour par SMS avant l'heure. — dr

Le dimanche 22 avril, entre 18 et 20 heures, le Suisse David Marcus a cherché, comme beaucoup d’autres francophones, les résultats du premier tour de l’élection présidentielle sur Internet. Et il a constaté que tous les sites suisses et belges diffusant ce genre d’information étaient submergés.

«Je me suis alors dit qu’il y avait là une opportunité pour nous», lance le fondateur d’Echovox, une entreprise genevoise qui propose des services sur téléphone mobile et qui emploie une cinquantaine de personnes.

Cette société a effectivement profité de sa filiale zong.com (qui lui permet de mettre sur pied rapidement des services mobile) pour proposer d’envoyer par SMS les premières estimations de résultat du deuxième tour. Echovox promet ces chiffres pour le dimanche 6 mai dès 18 heures.

Comme toute diffusion de ces premiers calculs est interdite en France, le site presidentielles.com (créé pour l’occasion et innaccessible par moments), précise que ce «service exclusif» est «édité depuis la Suisse». Echovox est effectivement basée dans le canton de Genève. Mais la société a également un bureau à Neuilly-sur-Seine et travaille notamment pour M6 depuis 2002 en s’occupant du vote de la Nouvelle Star.

Concrètement, pour s’adapter aux règlements des opérateurs français, le client payera 1€50 pour télécharger une image de son candidat préféré et recevra, dans un deuxième temps, les chiffres de l’élection. «C’est comme un pack que nous proposons», explique David Marcus. «Nous avons discuté des questions éthiques relatives à ce service et nous sommes arrivés à la conclusion que le débat autour de la diffusion des résultats était plein d’hypocrisie: tout le monde peut aller sur l’Internet et des personnes continuent à voter après 20 heures.» Et le Suisse de conclure, «de toute façon, notre but n’est pas de faire du bénéfice sur cette affaire, mais de faire parler de nous». C’est déjà réussi.