Bayrou-Royal : la vie quotidienne

DEBAT Synthèse de la quatrième partie du face-à-face...

— 

Quatrième partie : la vie quotidienne

Sur les policiers agressés et la violence :
Ségolène Royal se prononce à nouveau pour une police des quartiers et partage l’idée de Bayrou d’«ouvrir les commissariats 24h sur 24.» Sur ce point, les deux interlocuteurs sont d’accord. «Il y a un antagonisme entre les jeunes et les policiers et cette fracture est dangereuse pour la France», estime le centriste, en faveur d'alternatives à la prison à la première sanction : «réparations, travail d'intérêt général...»

Sur la responsabilité des parents:

«Beaucoup de parents ne tiennent plus leurs enfants... mais je suis sceptique sur ces sanctions», estime Bayrou. Royal, elle, est pour «un service public de médiation familiale». Elle croit beaucoup «aux mini-internats de proximité» et à «une cohérence de l'autorité des adultes». Sur la suspension des allocations familiales, elle n'est pas pour, mais pour leur contrôle, oui. Bayrou est d'accord, «il ne faut pas que de la sanction mais aussi de la prévention».

La carte scolaire :
Bayrou renvoie dos à dos Royal et Sarkozy sur ce point. Pour lui, «c'est une obligation de l'Etat d'offrir la même qualité d'enseignement partout». Royal estime au contraire que «le discours convenu sur l'égalité des chances ne passe plus. Si on donne le choix entre deux établissements, on verra quels sont les établissements qui sont abandonnés et on pourra vraiment les aider». Elle rappelle son projet de «soutien scolaire individualisé gratuit» dès la rentrée.

Immigration :
Sur le regroupement familial : «Quand on a un travail, quand on a un logement, comment peut-on imposer à quelqu'un de vivre sans sa famille?», s'interroge Bayou, sans se prononcer pour autant. Ségolène Royal n’a pas le temps de répondre sur cette question, ayant déjà largement dépassé son temps de parole.

Politique énergétique
«Je ne vois pas comment remplir les objectifs de Kyoto sans garder notre outil de production nucléaire», remarque Bayrou, soulignant qu'il faut tout de même développer les énergies renouvelables. Ségolène Royal partage son point de vue, sans monter au créneau contre le nucléaire comme elle l'avait fait un temps. «Le décret sur l'EPR sera suspendu», précise-t-elle toutefois.

Sur le drapeau et la Marseillaise :
«La marseillaise, c'est dans les programmes scolaires, remarque Bayrou. Sur les drapeaux, en revanche, je n'ai pas le même emballement que Royal. Chacun honore son pays comme il l'entend. La France, ce n'est pas un signe extérieur.» Royal maintient son point de vue : «L'appropriation de l'emblème national ne doit être réservé à un seul parti extrême.»