Maud, dis bonjour au porte-hélico

VOILE Maud Fontenoy a reçu la visite surprise du «Jeanne d'Arc» en plein océan Indien...

— 

Le porte-helicoptères Jeanne-d'Arc est passé saluer Maud Fontenoy et son gréement de fortune, en route vers la Réunion, le 5 mars 2007.
Le porte-helicoptères Jeanne-d'Arc est passé saluer Maud Fontenoy et son gréement de fortune, en route vers la Réunion, le 5 mars 2007. —

Quand deux icônes nationales se rencontrent. Maud Fontenoy a reçu lundi matin la visite surprise du fleuron de la Marine nationale française et principal bâtiment d'instruction de ses officiers, le porte-hélicoptères «Jeanne d'Arc». Le bâtiment de 182 mètres avec plus de 600 membres d'équipage est de retour d'une mission dans le sud-est asiatique.

«J'étais sur le pont à l'aube, quand j'ai vu apparaître cette masse grise à l'horizon faisant route vers moi. Puis ma radio VHF a crépité. "Ici le capitaine de vaisseau Gilles Tillette de Mautort, commandant de la Jeanne d'Arc. Nous faisons route vers vous..."», a raconté
la navigatrice. «Après 4 mois et demi de mer, dans la solitude et les épreuves, cette visite m'a émue aux larmes. C'est un beau témoignage de solidarité des gens de mer. Quel beau spectacle et quelle rassurante agitation».

Maud Fontenoy navigue sous gréement de fortune depuis son démâtage le 10 février dernier. La navigatrice avance cependant depuis quelques jours à bonne allure (7 noeuds, soit 13 km/h), après avoir évité le cyclone Humba. Elle espère atteindre l'île de la Réunion dans une quinzaine de jours, après une circumnavigation de cinq mois à contre-courant des vents dominants.