Des questions sur un plateau pour Sarko

POLITIQUE Le candidat UMP à la présidentielle ouvre le bal de la nouvelle émission politique de TF1

D. C.

— 

Nicolas Sarkozy a affirmé lundi sur TF1 que, s'il était élu président de la République, il ferait "la réforme des régimes spéciaux".
Nicolas Sarkozy a affirmé lundi sur TF1 que, s'il était élu président de la République, il ferait "la réforme des régimes spéciaux". — AFP
Le combat, il aime ça. Premier invité de l’émission «J’ai une question à vous poser», hier soir sur TF1, Nicolas Sarkozy s’est montré à l’aise face aux cent Français qui voulaient l’interroger. Aucune nouveauté dans son discours, le candidat de l’UMP bien rôdé a pu dérouler son programme dans le détail.

Retraites « On doit reposer la question des retraites. Si je suis élu président, je ferai la réforme des régimes spéciaux » de retraite, a promis Nicolas Sarkozy. « Il n’y a pas de raison que certains Français cotisent 40 ans, d’autres 37,5 ans. Ce n’est pas normal. On doit les porter à 40 ans. »

Exclusion Le candidat de l’UMP a martelé son idée de faire que « le travail rapporte davantage que l’assistance ». Pour lui, il ne doit pas y avoir « un seul minima social accordé à un pauvre sans travail sans qu’on lui demande en contrepartie une activité », proposant aussi « qu’on ne puisse pas refuser deux offres d’emplois successives qui correspondent à vos formations ».

Santé « Il n’y aura pas de médecine à deux vitesses », a-t-il promis, reconnaissant toutefois qu’on ne pourra pas « laisser ouverts tous les hôpitaux » et qu’il faudra « responsabiliser les patients ».

Logement Nicolas Sarkozy s’est déclaré contre les réquisitions de logements. Lui imagine tous les Français en propriétaires grâce à plusieurs mesures : déductions d’impôts sur les intérêts du crédit, ou création d’un crédit hypothécaire.

Mandats Le candidat s’est prononcé pour un maximum de deux mandats pour le président. « Il n’est pas sain que quelqu’un reste trop longtemps au même poste », a-t-il précisé.   
 

Travail Sans surprise, Nicolas Sarkozy souhaite réformer les 35 h en faisant en sorte que ce soit « un minimum et non un maximum ». Par ailleurs, il a proposé que « ceux qui sont à la retraite et veulent avoir un boulot à temps partiel puissent le faire ». Suivant l’exemple espagnol, il a aussi proposé l’ouverture des petits commerces le dimanche.
C’est sur les questions liées à l’homosexualité et à la récupération du vote des électeurs du FN que plusieurs personnes du public ont cherché à prendre le candidat en défaut. Sur le premier point, Nicolas Sarkozy a indiqué qu’il était contre le mariage homo par conviction, mais qu’il était le premier à droite à proposer un contrat d’union civique en mairie. Et il s’est défendu de vouloir draguer l’électorat d’extrême droite. Tout en répétant que selon lui, « quand on vient en France, on respecte les règles ». Un argument bien connu chez Le Pen.