Sous le choc, l'Italie ne joue plus au foot

VIOLENCES Un policier a été tué dans de violents affrontements lors du derby sicilien...

P.B. avec AFP

— 

L'Italie sous le choc. Un policier italien de 38 ans est mort lors de violents affrontements entre supporters à l'issue du match opposant Catane à Palerme, vendredi soir en Sicile, dans le championnat de football.

La rencontre a été interrompue à l'heure de jeu, alors que le des fumigènes envahissaient le stade. Elle a finalement repris, mais les violences entre supporters se sont poursuivies après le match.

Championnat à l'arrêt, soutien de Platini

D'après l'agence italienne Apcom, Filippo Raciti, un policier de 38 ans, est mort après avoir été touché par un gros pétard au visage. Un autre policier serait dans un état critique et plus de 70 personnes ont été blessées. Une dizaine de «supporters» a été arrêtée.

La fédération italienne de football a suspendu tous les matches de championnat qui étaient prévus ce week-end des pros jusqu'aux amateurs, ainsi que la rencontre amicale entre l'Italie et la Roumanie de mercredi.

Une décision approuvée par le président du Conseil italien. «Le sport doit s'arrêter pour réfléchir» a souligné Romano Prodi. Une réunion extraordinaire se tiendra lundi.

Pour Luca Pancalli, le commissaire extraordinaire de la Fédération italiennene, «une journée (de Championnat), ce n'est pas suffisant. Sans mesures drastiques, on ne repart pas», a-t-il averti, laissant entendre que l'arrêt des championnats pourrait durer plusieurs jours.

Samedi, le tout nouveau président de l'Union européenne de football (UEFA), Michel Platini, a apporté son soutien à la suspension des matches assurant que la «violence n'avait pas sa place dans le football».

Les photos du drame sur le site de la Gazzetta dello sport



Riots in Italy
envoyé par mjemec

Racisme, violences, corruption... Le football italien est-il malade?