Le match PSG-Nantes (1-1) s'est déroulé sans incidents

— 

RAS. Le match PSG-Nantes (1-1) s'est déroulé sans incidents au stade de la Beaujoire à Nantes. Parqués dans la tribune visiteurs, les 600 suppoteurs Parisiens se sont faits discrets. Il faut dire que le dispositif était particulièrement disuasif : 450 stadiers mobilisés à l’intérieur du stade, 300 policiers et gendarmes à l’extérieur. 
Les péages entre Paris et Nantes ainsi que les stations services et aires de repos font par ailleurs l'objet d'une surveillance accrue des forces de l'ordre, avec un accompagnement prévu sur l'A11 des supporteurs entre Ancenis et le stade, à l'aller comme au retour.

"Brassard noir"
A 15 heures, près de 300 supporteurs parisiens et nantais s’étaient donné rendez-vous en centre-ville pour rendre hommage à Julien, 25 ans, membre des Boulogne boys depuis quatre ans et tué d’une balle jeudi soir à la sortie du Parc des Princes. « On est triste, ce qui s’est passé de chaque côté est lamentable, note Yohann, 16 ans, habitué du Kop Boulogne. Ce soir, il n’y aura aucune fête, un minimum d’encouragements. On portera un brassard noir en signe de deuil.»

L’acte «fort» voulu par les supporteurs a eu lieu une heure et demie plus tard, à un kilomètre du stade. Au sortir d’une station de tramway, membres des Boulognes boys et Falco Lutèce se sont unis dans une marche silencieuse de près de 200 personnes. En tête de cortège, une banderole, noire, et un message: «Pouvoir assassin, vérité pour Julien». «On n’est pas des débiles, on est capable de se comporter calmement, explique Antoine, responsable des Boulogne boys. Julien, on l’a beaucoup traîné dans la boue ces derniers jours. Un supporteur est mort. Pour nous, il a été assassiné. En vingt ans de Parc des princes, il n’y avait jamais eu un tel drame. Les incidents de jeudi, c’était avant tout par rapport aux résultats du club. Tout ce qu’on raconte sur nous, c’est de la mascarade. »

Gerbe de fleurs
En chemin, une cinquantaine d’ultras nantais viennent grossir les rangs, une gerbe de fleurs à la main. «C’est un hommage à un jeune qui aimait son club. On veut aussi montrer que les supporters ne sont pas si idiots que ça», explique Mathieu de la Brigade Loire.

Jeudi, à l'issue d'un match opposant le PSG et le club israélien de Tel-Aviv au Parc des princes, une centaine de hooligans s'en étaient pris à un jeune Français juif qui quittait le stade. Un policier martiniquais en civil avait défendu le jeune avant d'être insulté et molesté par ces mêmes hooligans proférant des insultes racistes et antisémites à l'encontre des deux hommes. Le policier avait été contraint, en état de légitime défense selon la justice, à tirer avec son arme de service, tuant l'un des agresseurs et en blessant un autre.

.../... Plus d'infos dans un instant