Tchad : des rebelles s'approcheraient de la capitale

— 

Au lendemain d'une journée d'affrontements à l'issue incertaine, les forces gouvernementales ont annoncé avoir repris le contrôle dimanche au lever du jour d'Abéché, principale ville de l'est du Tchad, à 700 km de N'Djamena, désertée préalablement par les troupes rebelles.
Au lendemain d'une journée d'affrontements à l'issue incertaine, les forces gouvernementales ont annoncé avoir repris le contrôle dimanche au lever du jour d'Abéché, principale ville de l'est du Tchad, à 700 km de N'Djamena, désertée préalablement par les troupes rebelles. — AFP/Infographie

Une importante colonne de rebelles tchadiens en cours de progression vers l'ouest a été signalée dimanche à 400 km à l'est de N'Djamena, laissant craindre la possibilité de prochains combats autour de la capitale tchadienne, a annoncé l'ambassade de France à N'Djamena.

"La situation militaire a brusquement évolué en fin de matinée. La progression d'un importante colonne rebelle est confirmée dans la région du Bata, en direction de l'ouest du pays", a affirmé l'ambassade.
"De ce fait, la perspective de combats dans la grande périphérie de N'Djamena n'est pas à exclure dans les prochaines vingt-quatre heures. En conséquence, cette ambassade demande aux ressortissants français de N'Djamena de ne pas quitter leur domicile dès la tombée de la nuit", a-t-elle poursuivi.

Selon une source militaire à N'Djamena, ces rebelles font partie du Rassemblement des forces démocratiques (RAFD), un groupe qui a pris position samedi dans deux localités de l'est du Tchad, non loin de la frontière soudanaise, Biltine et Am Zoer.
Un porte-parole d'une "coordination militaire", qui regroupe le RAFD ainsi que trois autres mouvements rebelles, a démenti qu'une opération visant la capitale tchadienne était en cours.

Un autre mouvement rebelle, l'Union des forces pour la démocratie et le développement (UFDD), a interrompu dimanche matin sa nouvelle offensive contre le régime du président Idriss Deby Itno en quittant la ville d'Abéché, à 700 km à l'est de N'Djamena, qu'il occupait depuis la veille.