Libé : Rothschild rejette le plan de Plenel

— 

L'actionnaire principal de Libération, Edouard de Rothschild, a rejeté le plan de relance du titre présenté par le journaliste Edwy Plenel et soutenu par les salariés du quotidien.
L'actionnaire principal de Libération, Edouard de Rothschild, a rejeté le plan de relance du titre présenté par le journaliste Edwy Plenel et soutenu par les salariés du quotidien. — Joël Saget AFP/Archives

L'actionnaire principal de Libération, Edouard de Rothschild, a rejeté le plan de relance du titre présenté par le journaliste Edwy Plenel et soutenu par les salariés du quotidien. L'homme d'affaires, qui détient 38,8% du capital de Libération, a pris cette position dans un courriel envoyé mercredi aux autres actionnaires.

L'annonce du rejet par Edouard de Rothschild de ce plan, soutenu notamment par la Société civile des personnels de Libération, deuxième actionnaire avec 18,4% des parts, a suscité une vive tension à l'ouverture, jeudi peu après 15H00, d'un Conseil d'administration qui devait examiner ce projet ainsi qu'un autre présenté par l'actionnaire de référence.

Dans son courriel, Edouard de Rothschild juge que le plan soutenu par les salariés de Libération "n'est pas réaliste" et il se dit "plus que sceptique sur l'approche" choisie par l'ancien directeur du Monde Edwy Plenel pour le défendre, évoquant "une mise en scène (...) développée sur un mode conflictuel vis-à-vis des actionnaires et d'une partie de l'équipe". "Ces reflexions sont inacceptables et nous allons le faire savoir" à Edouard de Rothschild, a déclaré à l'AFP le porte-parole de la SCPL, Gilles Larher, quelques minutes avant le début du Conseil d'administration.