"Saluez votre président, il nous a réellement surpris"

— 

Le Premier ministre israélien Ehud Olmert s'est employé mercredi à rallier le président russe Vladimir Poutine à l'idée de sanctions plus sévères contre l'Iran, accusé de chercher à se doter de l'arme nucléaire sous couvert d'un programme nucléaire civil réalisé avec la Russie.
Le Premier ministre israélien Ehud Olmert s'est employé mercredi à rallier le président russe Vladimir Poutine à l'idée de sanctions plus sévères contre l'Iran, accusé de chercher à se doter de l'arme nucléaire sous couvert d'un programme nucléaire civil réalisé avec la Russie. — Denis Sinyakov AFP

Le président russe Vladimir Poutine a plaisanté mercredi, au cours d'un entretien au Kremlin avec le Premier ministre israélien Ehud Olmert, sur les ennuis du président israélien Moshé Katzav, aux prises avec un scandale sexuel.
"Saluez votre président (...) Il nous a réellement surpris", a lancé M. Poutine au cours de l'échange de propos préliminaires avec M. Olmert auquel les journalistes avaient été conviés à assister.
Alors que la presse quittait la salle, le chef de l'Etat russe a poursuivi sur sa lancée. "Nous ne savions pas qu'il savait comment s'y prendre avec dix femmes", a déclaré M. Poutine dans une allusion au nombre de femmes qui ont porté plainte contre M. Katzav, selon des propos rapportés par un responsable de la délégation israélienne à des journalistes.
Ces propos ont alors déclenché des éclats de rire dans la pièce, a poursuivi ce responsable. "Je ne l'envierais pas à votre place", a alors répondu le Premier ministre israélien, selon la même source.
Moshé Katzav, soupçonné de viols et de harcèlement sexuel, lutte pour sa survie politique. Une inculpation du président que la plupart des experts juridiques estiment inévitable a déclenché une course à sa succession, plusieurs noms étant cités dans la presse dont celui de l'écrivain américain et prix Nobel de la paix, Elie Wiesel.
Le chef du Kremlin est coutumier des plaisanteries grivoises et écarts de langage parfois brutaux. Interrogé en juillet par des internautes sur sa première expérience sexuelle, il avait répondu : "Je ne sais plus quand je l'ai fait pour la première fois, mais je sais quand je l'ai fait pour la dernière fois et je le sais même à la minute près".
En septembre 1999, il avait affirmé qu'il fallait "butter les terroristes jusque dans les chiottes". En novembre 2002 à Bruxelles, M. Poutine avait invité un journaliste français à se faire "circoncire" de "manière à ce que plus rien ne repousse" en réponse à une question sur la guerre en Tchétchénie.