Adoption du projet de loi de privatisation de GDF par les députés

— 

Les députés devaient entamer mardi en fin d'après midi l'examen du projet de loi sur la participation, un texte ancré dans la tradition gaulliste, destiné à mieux associer les Français à leur entreprise et à renforcer l'actionnariat salarié.
Les députés devaient entamer mardi en fin d'après midi l'examen du projet de loi sur la participation, un texte ancré dans la tradition gaulliste, destiné à mieux associer les Français à leur entreprise et à renforcer l'actionnariat salarié. — Eric Feferberg AFP/Archives

Les députés ont adopté mardi, lors d'un vote solennel à l'Assemblée nationale, le très sensible projet de loi sur l'énergie qui privatise GDF afin de permettre sa fusion avec Suez.
Le texte a été adopté par 327 voix contre 212.
Le projet a été voté par la seule UMP. Le PS et le PCF, qui ont mené une bataille acharnée contre ce texte, ont voté contre, de même que les centristes de l'UDF.
Un certain nombre de députés de l'UMP avaient annoncé qu'ils voteraient contre, comme Dominique Paillé (sarkozyste) ou Nicolas Dupont-Aignan (souverainiste), d'autres qu'ils s'abstiendraient ou ne participeraient pas au vote.
Ce scrutin est intervenu après une dernière bronca de la gauche contre la privatisation de GDF au cours de la séance des questions au gouvernement qui a précédé le vote