Des manifestants incendient le siège du gouvernement à Ramallah

— 

Des centaines de manifestants palestiniens anti-Hamas ont mis le feu dimanche au siège du gouvernement palestinien à Ramallah, a constaté un correspondant de l'AFP.
Les manifestants ont ensuite incendié un bâtiment voisin servant au gouvernement palestinien, dirigé par le mouvement islamiste Hamas.
Ils ont ensuite attaqué le bâtiment du ministère de l'Education et incendié la voiture du ministre Nasseredine Al-Chaër, également vice-Premier ministre palestinien. Ce dernier avait été libéré mercredi par la justice militaire israélienne après avoir été détenu depuis son arrestation par l'armée le 19 août.
Auparavant, les manifestants avaient pris d'assaut et saccagé les bureaux du groupe parlementaire du Hamas.
Les forces de police, complètement débordées, ont vainement tenté d'empêcher ces actes de vandalisme.
Les manifestants, dont des militants armés des Brigades des martyrs d'al-Aqsa, sont des membres ou sympathisants du mouvement Fatah, du président palestinien Mahmoud Abbas.
Les violences avaient commencé dans la bande de Gaza où deux Palestiniens ont été tués et plus de 30 blessés lors d'échanges de tirs entre la force du ministre de l'Intérieur, du Hamas, et les forces de sécurité fidèles au Fatah, lors de manifestations de fonctionnaires, selon des sources de sécurité et médicales.
Dans le nord de la ville de Gaza, des échanges de tirs ont eu lieu entre les forces du Hamas et de la Sécurité préventive. Un civil a été tué et deux personnes blessées, dont un membre de la sécurité préventive.
Dans le centre de Gaza, un adolescent a été tué et vingt personnes blessées dans des affrontements entre des policiers du Fatah et les hommes armés de ministère de l'Intérieur du Hamas après une manifestation de fonctionnaires, qui réclament le paiement de leurs salaires.
Les affrontements se sont produits près du Parlement où les rues étaient bouclées.