Basket : Les jeunes Français ont de plus en plus la cote aux Etats-Unis

— 

Le meneur de jeu français des San Antonio Spurs, Tony Parker, s'est mis en évidence lors de la victoire de son équipe sur le parquet des Toronto Raptors 125 à 118 (a.p.), match du Championnat nord-américain de basket-ball (NBA) disputé mercredi à Toronto (Canada).
Le meneur de jeu français des San Antonio Spurs, Tony Parker, s'est mis en évidence lors de la victoire de son équipe sur le parquet des Toronto Raptors 125 à 118 (a.p.), match du Championnat nord-américain de basket-ball (NBA) disputé mercredi à Toronto (Canada). — Ron Turenne AFP/Getty Images

Avec la signature, mercredi 27 juillet, du Parisien Yakhouba Diawara, formé à Dijon (Côte d’Or), aux Denver Nuggets, le contingent français en NBA sera de sept joueurs lors de la saison 2006/2007. Diawara vient rejoindre les cinq joueurs qui évoluaient déjà dans la grande ligue cette saison (Parker, Diaw, Pietrus, Petro et Turiaf) ainsi que l’ex-choletais Mickaël Gelabale, qui avait paraphé son contrat aux Seattle Supersonics quelques semaines plus tôt.

La France sera donc le deuxième pays étranger le plus représenté aux Etats-Unis l’an prochain, juste derrière la Serbie-Monténégro et ses huit joueurs NBA. Et c’est loin d’être terminé. On peut en effet espérer retrouver, dès la saison 2007/2008, un, voire deux Français supplémentaires. Pour Joakim Noah, le fils de Yannick, qui a remporté cette année le titre universitaire américain, c’est quasiment certain. Il est même probable que l’intérieur longiligne de Florida sera choisi en très bonne place lors de la draft de juin 2007, cette cérémonie permettant aux clubs NBA de choisir les meilleurs espoirs mondiaux du basket. Pourquoi pas en première position ? Pour l’ex-Havrais Ian Mahinmi, qui jouera la saison prochaine sous les couleurs de Pau-Orthez, ce sera peut-être un peu tôt. Drafté en 28° position en 2005 par San Antonio - l’équipe de Tony Parker – Mahinmi, qui n’a que 19 ans, a besoin de s’aguerrir avant d’espérer obtenir un temps de jeu chez les Spurs. Cela devrait lui prendre une ou deux saisons.

Si l’on regarde encore plus loin, disons 2010, tout laisse penser que les Français seront de plus en plus nombreux à évoluer outre-Atlantique. Le titre de champion d’Europe, remporté par l’équipe de France juniors (joueurs âgés entre 16 et 18 ans) contre la Lituanie, mercredi 27 juillet en Grèce, en est une formidable preuve. Quatre ou cinq joueurs ont un profil susceptible d’intéresser les scouts (recruteurs) NBA. Comme le talentueux Nicolas Batum, un ailier de 2,01 mètre très athlétique. Il a été élu meilleur joueur du tournoi, comme Tony Parker l’avait été au Championnat d’Europe juniors de 2000, également remporté par la France. Le meneur de jeu Antoine Diot aussi. A seulement 16 ans il est déjà le meneur indiscutable de l’équipe de France juniors. Il a décidé de rester encore une saison au Centre Fédéral de l’Insep. A suivre également, les intérieurs Alexis Ajinca (18 ans, 2,14 m) et Adrien Moerman (18 ans, 2 m).

L’équipe de France, en préparation actuellement pour le Championnat du Monde, qui commence le 19 août au Japon, a de beaux jours devant elle. Après l’argent aux JO de Sydney en 2000 et le bronze au Championnat d’Europe de 2005, les Bleus semblent armés pour, enfin, remporter un titre.

Mickaël Bosredon