Rupture difficile? Facebook veut vous aider à oublier votre ex

HIGH-TECH De nouveaux outils en test doivent permettre aux utilisateurs de limiter leurs interactions sur le réseau social avec leurs anciens partenaires…

A.G. avec AFP

— 

Les outils de Facebook en test pour mieux gérer ses relations en ligne avec ses ex.
Les outils de Facebook en test pour mieux gérer ses relations en ligne avec ses ex. — Facebook

Facebook veut vous aider à surmonter vos ruptures amoureuses. Le réseau social a commencé à tester jeudi une série d’outils optionnels permettant à ses utilisateurs de limiter leurs interactions sur son réseau social avec leurs ex.

« Sans avoir à le bloquer »

Les nouveaux outils vont notamment proposer de « moins voir sur Facebook le nom ou la photo de profil d’un ancien partenaire, sans avoir à le retirer de sa liste d’amis ou le bloquer », indique le groupe américain dans un message sur son blog officiel.

Le réseau social propose depuis longtemps à ses utilisateurs d’y préciser leur situation amoureuse, proposant outre le fameux « c’est compliqué » de s’y déclarer « célibataire » ou « en couple » (avec dans ce dernier cas une série d’autres variantes comme « fiancé », « marié », « en union libre »… voire « divorcé » ou « séparé »).

Cacher ses propres photos et vidéos

Les nouveaux outils se déclenchent lorsqu’un utilisateur change ce statut amoureux pour signaler qu’une relation est terminée. Facebook propose alors une série d’options.

L’utilisateur peut choisir de limiter l’apparition sur son fil d’actualité de publications de son ex, ou continuer à suivre son activité comme avant. De la même manière, il peut décider, ou pas, de cacher ses propres photos, vidéos et mises à jour de statut à son ancien partenaire. Et un troisième outil propose d’éditer si besoin, en bloc ou au cas par cas, d’anciennes publications, pour retirer par exemple des identifications sur des photos du couple.

Sur le mobile d’abord

Les nouveaux outils sont testés à partir de ce jeudi aux Etats-Unis pour les utilisateurs mobiles de Facebook. Le groupe indique qu’il fera des modifications et les déploiera plus largement en fonction des retours des utilisateurs.